NETTALI.COM- Le climat des affaires s’est dégradé au mois de septembre en perdant 5,2 points. La Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), qui a fait la révélation dans une étude, indique toutefois que le climat de l’emploi a gagné 7,8 points pour la même période.

Dans cette étude intitulée « Climat des affaires et de l’emploi en septembre 2019 » publiée en fin octobre et basée sur des « soldes d’opinion des chefs d’entreprise », il est relevé que le climat des affaires a reculé de 4,9 points. La source d’ajouter : « il reste, pour le deuxième mois d’affilé, au-dessous de sa moyenne de long terme ».

Sur les causes du recul, la DPEE renseigne que cette situation reflète l’orientation défavorable de l’opinion des industriels, entrepreneurs du Btp (bâtiment et travaux publics), prestataires de services et commerçants.

En outre, le document indique que sur une base annuelle, le climat conjoncturel s’est aussi détérioré de 5,2 points en septembre 2019.

S’agissant du secteur industriel, l’étude révèle que « la concurrence supposée déloyale (28%), l’approvisionnement difficile en matières premières (25%), les difficultés de recouvrement des créances (18%) et l’insuffisance de la demande (18%) ont majoritairement constitué les principales contraintes à l’activité ».

Le sous-secteur de l’industrie n’est pas épargné car le climat des affaires s’est dégradé jusqu’à -8,1 points, en rythme mensuel, « sous l’effet de l’orientation négative des soldes d’opinion relatifs aux commandes reçues et à la production ».

D’après toujours l’étude de la DPEE, dans le sous-secteur du BTP, « les contraintes les plus citées par les entrepreneurs interrogés sont les difficultés de recouvrement des créances (83%), l’accès difficile au foncier (50%), la concurrence supposée déloyale (50%) et la fiscalité (50%) ».

Une situation à l’origine de la dégradation, constatée entre août et septembre dans ce sous-secteur (-2,7points).  Cette situation explique le document, « est liée au repli des soldes d’opinion relatifs aux commandes (publiques et privées) ».

En revanche, tout n’est pas négatif dans cette étude. La DPEE informe que « le solde d’opinion est resté stable, en dessous de sa moyenne de long terme ». En fait, l’étude montre que le climat de l’emploi, lui, s’est amélioré, restant au-dessous de sa moyenne de long terme. « En septembre 2019, le climat de l’emploi s’est bien orienté. L’indicateur qui le synthétise a gagné 7,8 points au dessous de sa moyenne de longue durée », précise la DPEE. Avant de faire savoir que « l’amélioration des soldes d’opinion sur les évolutions passées et futures de l’emploi de main-d’oeuvre dans l’industrie explique la progression de l’indicateur sur la période sous revue ».