NETTALI.COM – On ne savait pas que Me Malick Sall, le nouveau ministre de la justice avait autant de répondant. Il l’a en tout cas démontré, hier samedi 4 mai, à l’hémicycle, lors du vote de la loi relative à la suppression du poste de Premier ministre. Il a répondu à ceux qui lui lançaient des piques à cette loi. Par rapport à leur “rancœur”, il leur a tout simplement dit “massa”
Prenant la parole, Me Sall a tenu à répondre aux adversaires de cette loi, lors des débats « Il y a quatre ou cinq catégories d’interventions. Il y a des intervenants qui n’ont pas lu le projet mis à leur appréciation : délibérément ou soit parce qu’ils ne savent pas lire. Il y a un autre groupe qui est constitué des victimes du 24 février 2019, qui n’ont pas encore digéré leur rancœur. En tant que garde des sceaux, je ne peux rien pour eux. Ou tout au plus leur dire « massa », raillera-t-il.

« Nous sommes dans un pays ou apparemment dans certains cercles, l’amnésie est devenue une vertu. J’ai été étonné d’entendre parler ceux qui sont aujourd’hui derrière les rédacteurs du protocole de Rebeuss, d’indécence républicaine. Ils devaient être les derniers à soulever ce genre de débat à l’Assemblée nationale », a-t-il dit à l’attention en particulier des membres de Rewmi, allusion faite au protocole de Rebeuss.