NETTALI.COM : Ceux qui pensent que l’Assemblée nationale est une chambre d’enregistrement à l’entière dévotion de l’exécutif sont servis par les aveux du député Momath Sow.

Prenant la parole ce samedi à l’occasion du vote du projet de loi portant révisions constitutionnelles, ce dernier a dit de but en blanc : « Je suis un député de Macky Sall, je vote tout ce qui vient de lui. Je ne me tarde même pas à lire les projets de loi, je les vote les yeux fermés ».

« Il y a une réelle démocratie au Sénégal. Malaw (son surnom) est un député de Macky Sall. Moi, je suis un député de Macky Sall. Tout le monde est ici député de quelqu’un. Ils (les députés de l’opposotion) font ce qu’on leur demande de faire à 100%. Nous autres qui avons réélu Macky Sall allons faire ce qu’il nous demande de faire à 100% », a-t-il encore justifié.

Pour d’aucuns, ce parlementaire de la majorité n’a fait que désigner un lieu commun par cette maladresse du langage. Seulement, le contexte qu’il a choisi pour faire cet aveu va relancer le débat sur la séparation des pouvoirs d’autant plus qu’il est prêté au président Sall de vouloir, à travers ce projet, faire perdre des prérogatives au Parlement, qui n’a plus le pouvoir de dissoudre le gouvernement par une motion de censure. C’est du moins l’avis de Mme Aïda Mbodj. « Ce projet de loi va réduire l’Assemblée nationale à sa plus simple expression », se laisse convaincre l’ex-ministre de la Femme, sous le régime du président Abdoulaye Wade.