NETTALI.COM – Nommé directeur général de la SONACOS en remplacement de Pape Dieng, Modou Diagne Fada hérite d’une maison en ruines, qui serait à vendre. En clair, les partenaires financiers du Sénégal avaient préconisé une deuxième privatisation de la boite qui trainait une dette bancaire de près de 40 milliards de F Cfa, à la date du 7 novembre 2017. Ainsi, l’ancien patron de l’Ujtl, qui fait son baptême du feu comme directeur général, est mis à l’épreuve pour faire tourner les machines de l’entreprise.

 A cause d’une dette estimée à 54 milliards de F Cfa, ce bijou de famille avait été renationalisé afin de le sauver d’une faillite programmée. Dans la quatrième revue de l’accord au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique, l’Etat s’était engagé, auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, à prendre toutes les mesures nécessaires pour une privatisation, en 2018, de la Sonacos. Cela, après que la vente d’une partie de la réserve foncière de l’entreprise a échouée et que le montant de 65 milliards F Cfa que Locafrique était disposée à libérer n’a pas été décaissé, à cause du veto du gouvernement. À quelques jours du démarrage de la campagne 2017-2018 de commercialisation de l’arachide, la Sonacos cherchait à lever environ 50 milliards de F Cfa pour financer la collecte des graines oléagineuses et faire tourner ses cinq unités industrielles.

Ainsi, trois jours après la nomination de Modou Diagne Fada, pour une production arachidière autour de 1 400 000 tonnes, les capacités de ce fleuron prédestiné de l’économie nationale sont loin des attentes. En 2018, le chef de l’Etat avait été obligé de s’ouvrir  à son homologue turc pour aider à faire écouler la production, alors que les partenaires chinois avaient brillé par leur absence du fait d’un excédent de production locale. « Nous poursuivons les discussions pour que le Sénégal puisse exporter à terme l’arachide en Turquie », dixit Macky Sall.

Le 9 avril 2019, l’ex-DG Pape Dieng, qui, de Diourbel, s’exprimait sur la campagne de commercialisation de l’arachide, avouait que l’objectif fixé n’avait pas encore été atteint, pour cette année. En d’autres termes, sur un objectif fixé à 180 000 tonnes (objectif initial de 250 000 tonnes) depuis l’ouverture de la campagne en décembre 2018, 96 000 tonnes avaient été rachetées.

Dans un entretien accordé à EnQuête le 17 avril dernier, le député Theodore Chérif Monteuil, ex-cadre de boite, affichait son pessimisme. « La Sonacos est une entreprise mourante. Cela me fait d’autant plus mal que c’est dans cette entreprise que j’ai appris à travailler. C’est une entreprise agonisante qui a besoin d’être aidée. Et tout ça, c’est la somme de mauvaises décisions qui ont été prises la concernant. (…) Il faudrait aider les investisseurs sénégalais à investir dans la filière et à créer d’autres Sonacos », avait préconisé le parlementaire.

En définitive, Modou Diagne Fada devra ménager sa monture pour aller loin dans cette aventure périlleuse. Sinon, plusieurs géants internationaux de l’agroalimentaire rôdent autour du fromage, espérant que le gouvernement va suivre les recommandations du Fmi et de la Banque mondiale, vers une nouvelle privatisation.