NETTALI.COM – L’ex juge Ibrahima Hamidou Dème s’est désolé qu’il “n y ait plus de conflits entre le judiciaire et l’exécutif”. Aussi, a t-il considéré la dernière prestation de serment de Macky comme “un rendez manqué par le Président du Conseil constitutionnel Pape Oumar Sakho.” Il était l’invité de l’émission “le Jury du dimanche” de I Radio.

Le magistrat reconverti en acteur politique se dit « étonné qu’il n’y ait pas de conflits depuis des années » alors que dit-il, « il doit y en avoir dans une démocratie. » Convoquant l’histoire, l’invité de iRadio rappelle que « dans le passé, Kéba Mbaye, Ousmane Camara Assane Bassirou Diouf, pour défendre l’honneur de la justice, se sont heurtés au pouvoir exécutif, au Président de la République. »

A ce propos, Ibrahima Hamidou Dème soutient qu’il y a eu beaucoup de choses qui n’ont pas été dites lors de la prestation de serment du Président Macky Sall. « En tant que magistrat, j’ai eu à prendre des serments de beaucoup de personnalités. Celui-ci rappelle à ces dernières les fonctions qu’il doit exercer en toute loyauté. C’était la seule occasion pour une autorité de prendre le dessus sur le président de la République. Les présidents de Conseil constitutionnel ne ratent jamais ce moment mais c’est un rendez-vous manqué pour Pape Oumar Sakho », se désole-t-il.

Au-delà de ces autorités judiciaires, l’ex-magistrat demande au nouveau ministre de la Justice qui doit prendre fonction ce lundi, « de gérer le malaise, surtout celui des jeunes qui sont dans une frustration sans commune mesure. » Parce que de l’avis de M. Dème, « la justice doit continuer à jouer son rôle de régulateur social, mais si elle est toujours timide, elle ne pourra pas le faire. »