NETTALI.COM – Après la libération de Saer Kébé et de l’imam Boubacar Ndao, le directeur d’Amnesty International Sénégal a fait savoir que le délit d’apologie du terrorisme est mal défini au Sénégal et peut amener n’importe qui en prison.

Selon Seydi Gassama, il faut revoir ces lois en définissant de façon précise, le délit d’apologie du terrorisme. Le gouvernement du Sénégal, exhorte-t-il, doit appliquer la recommandation du Comité contre la torture de l’Organisation des nations unies (Onu) qui demande que l’indemnisation des victimes de longues détentions soit automatique.

Pour rappel, l’élève en Terminale S2 du lycée Demba Diop de Mbour, Saer Kébé et l’imam Boubacar Ndao, ont passé plusieurs années en prison suite à des accusations d’apologie du terrorisme, avant d’être libérés, tous les deux, hier mercredi 10 avril 2019 par la Chambre criminelle de Dakar.