NETTALI.COM – Nommé ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Hanne va donc quitter la Direction générale du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coup) où il laisse de gros cafards dans les placards. D’ailleurs, si Macky Sall avait suivi les recommandations contenues dans le rapport 2016 de l’Ofnac, Hanne n’aurait jamais siégé dans un gouvernement.

Cheikh Oumar Anne est sans aucun doute l’une des plus grandes surprises du nouvel attelage gouvernemental. Le Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) devient ministre de l’Enseignement supérieur en remplacement du professeur Mary Teuw Niane. A l’Université Cheikh Anta Diop, nombreux sont les étudiants qui doutent des compétences du tout nouveau ministre. Mais ce qui inquiète le plus, ce sont les casseroles que traîne Cheikh Oumar Hanne. Sa gestion du Coud a en effet été gravement épinglée dans un rapport de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac). A la 70 dudit rapport, l’Ofnac alors dirigé par Nafy Ngom Keïta recommande que Cheikh Oumar Hanne soit relevé de ses fonctions de Dg du Coud pour «entrave à l’exécution normale d’une mission de vérification et prendre toutes les mesures utiles pour qu’il ne lui soit plus confié la responsabilité de diriger un organisme public».

Dans ledit rapport de 2016 largement relayé par la presse d’alors, l’Ofnac indique «le Dg du Coud a fait l’objet d’enquêtes et d’investigations menées à la suite d’une dénonciation d’actes de fraude et de corruption». L’Ofnac indexe particulièrement des «abus de subventions» et évoque des montants estimés à plus de 450 millions de francs versés  à divers bénéficiaires entre 2014 et 2015 sans même  préciser leur objet. «Il y a eu aussi que le Dg du Coud donnait des subventions sans bénéficiaires (connus). Ainsi, d’après le grand livre comptable 2014, un montant de 35 millions 20 mille francs Cfa a été accordé par le Dg entre le 1er et le 15 octobre 2014. L’agent comptable a été incapable de dire qui étaient ces ‘’heureux bénéficiaires’’ et de présenter les pièces justificatives à l’appui des paiements», rapporte Mody Niang, ancien conseiller de l’ex-président de l’Ofnac. Il ajoute dans un texte publié dans la presse en mars 2018 qu’«un montant total de 82 millions a été ainsi payé en l’absence de pièces justificatives requises, notamment de Pv de réception nécessaires avant tout paiement pour ce qui concerne les matières à acquérir. Les deux acolytes, le Régisseur et le Dg se renvoyaient la balle, aucun d’eux ne voulant assumer la lourde responsabilité de toute la bamboula». Ce qui a fait dire aux vérificateurs de l’Ofnac qu’il y a bien eu dans un cette affaire un détournement de deniers publics.

Dans le même rapport, l’Ofnac signale des faits graves relatifs à la caisse d’avance, à la restauration et aux investissements. Et d’accuser Cheikh Oumar Hanne de pomper «tous les dix jours, 150 millions des fonds du Coud pour alimenter ladite caisse. Ce qui faisait 450 millions par mois pour acheter des légumes». Citant le rapport de l’Ofnac, Mody Niang rapporte que le Coud de Cheikh Oumar Hanne achetait le kg de niébé à 4500 francs auprès du restaurateur adjudicataire du marché. «Une autre grosse forfaiture : l’achat de 300 kg de poivre par mois pour la consommation de deux seuls restaurants gérés alors en régie par le Coud, le temps de retrouver un repreneur

Mais il n’y a pas que l’Ofnac. Dans son rapport 2018, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) épingle à son tour la gestion de Cheikh Oumar Hanne au Coud. Il s’agit en fait d’un marché de gré à gré dans la gestion et l’exploitation des restaurants universitaires Claudel-Esp, Ensept, Bloc Isfar-Ense-Cmrt-Ufr Santé-Hotel du Rail, Ziguinchor et Ept Thiès. Malgré tout, Cheikh Oumar Hanne connait une promotion en devenant ministre de l’Enseignement supérieur.