NETTALI.COM- Les autorités judiciaires veulent prendre à bras le corps la problématique des longues détentions préventives. Le ministre de la Justice a fait savoir que ses services sont en train de réfléchir sur une loi pour les limiter en matière criminelle.

 « Nous sommes   en train de réfléchir sur la perspective d’avoir une loi qui encadre les longues détentions même en matière criminelle en limitant ces détentions à un an. » Le Garde des Sceaux, le professeur Ismaïla Madior Fall, l’a fait savoir ce mardi 26 mars 2019. Il présidait l’atelier de planification stratégique organisé par le Centre de renforcement de l’Etat de droit et des institutions judiciaires du Sénégal ( Credij).

En fait, les cas de longue détention préventive demeurent une problématique puisqu’en matière criminelle, le juge n’est pas assujetti à un délai pour mener l’instruction. Par conséquent, certains inculpés passent de longues années en prison avant d’être jugés ou blanchis.

C’est pourquoi, se désole le ministre, «  il y a encore quelques cas de longues détentions en matière criminelle ». « Au Sénégal quand on parle d’affaires criminelles, ce ne sont pas des crimes de sang. Les crimes de sang, c’est à peu près 10% des affaires criminelles. Mais l’essentiel des affaires criminelles au Sénégal porte sur le trafic de drogue et notamment le trafic de chanvre indien. Les infractions liées au terrorisme en font aussi partie », explique-t-il d’emblée. Et de souligner que c’est juste dans ces cas qu’il y a de longues détentions préventives.

Face à cet état de fait, le ministre a laissé entendre qu’il y a aujourd’hui des dispositions qui sont prises au niveau de la Justice pour identifier systématiquement ces cas et les traiter. « C’est comme ça que l’affaire Saër Kébé, poursuivi pour terrorisme, a été traitée. Tous les cas de longue détention sont systématiquement identifiés au niveau des tribunaux et traités », avance-t-il en guise d’illustration.

Cependant, dans l’ensemble, les cas de longues détentions préventives « ont significativement diminué au Sénégal», selon le ministre. Pour étayer ses propos, Ismaïla Madior Fall a révélé que « sur les 10.250 détenus, il n’a pas plus de 300 cas. »

« Pourquoi ? Parce qu’est considéré comme longue détention toute détention qui dépasse 2 ans », explique le ministre, tout en soulignant que maintenant les longues détentions au Sénégal ne sont plus possibles en matière délictuelle. Parce que dit-il, « en matière délictuelle la loi est claire car le juge a six mois pour instruire un dossier pour ensuite envoyer la personne en jugement. S’il ne termine pas, il la libère. »