Nettali.com – La Nouvelle-Zélande est en deuil ce vendredi. Une attaque terroriste dans deux mosquées de Christchurch a fait au moins 49 morts. Les images de l’attaque filmée par son auteur présumé ont fait le tour du monde, créant émoi et consternation. De Téhéran à Washington en passant par Paris ou encore Rome, les réactions et indignations n’ont pas manqué. 

Jour de prière inoubliable en Nouvelle-Zélande. L’attaque de mosquées à fait au moins 49 morts. Une attaque terroriste qui a fait le tour du monde, suscitant émoi et indignation. A en croire le Premier ministre australien, le tireur, un jeune homme de 28 ans, est «terroriste extrémiste de droit». A travers le monde, les réactions d’indignations n’ont pas manqué. Premier et un des rares Etats musulmans à réagir, l’Iran estime que «l’hypocrisie occidentale qui défend la diabolisation des musulmans sous (le prétexte) de ‘la liberté d’expression’ doit s’arrêter». Sur son compte Twitter, Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, ajoute : «l’impunité dans les ‘démocraties’ occidentales pour promouvoir la bigoterie mène à cela.»

D’autres pays musulmans ont aussi réagi à cette attaque. Le président turc Recep Tayyip Erdogan estime qu’«avec cet attentat, l’hostilité envers l’islam (…) a franchi les limites du harcèlement individuel pour atteindre le niveau d’une tuerie de masse. Il apparaît clairement que la vision portée par le tueur (…) est en train de gagner du terrain en Occident comme un cancer.» Le Premier ministre de Malaisie, Mahatir Mohamad, a dit, lui, espérer que «le gouvernement de Nouvelle-Zélande arrêtera ces terroristes et fera le nécessaire du point de vue du droit».

1 % de la population de néo-zélandaise est de confession musulmane, soit 46.000 personnes sur un peu moins de 5 millions d’habitants. «Les musulmans ont vécu en Nouvelle-Zélande pendant plus de 100 ans et rien ne nous est jamais arrivé de tel, donc ça ne changera pas notre sentiment» sur le pays, a dit Mustafa Farouk, le président de l’association islamique de Nouvelle-Zélande.

De son côté, le pape François ne cache pas sa tristesse. Il dénonce les «actes de violence insensés» contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, exprimant sa «solidarité» avec la communauté musulmane du pays. «Il assure à tous les Néo-Zélandais, et en particulier à la communauté musulmane, sa solidarité sincère face à ces attaques», selon un télégramme signé par le numéro deux du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, cité notamment par 20minutes.fr.

Sur son compte Twitter, Donald Trump dit regretter un «acte de haine». Et d’assurer sa «sympathie la plus chaleureuse aux Néo-Zélandais après l’horrible massacre». En plus de prendre des mesures de protection des lieux de culte, Paris a, de son côté, décidé d’éteindre la tour Eiffel. Les musulmans français, eux, se disent très indignés par cette tuerie.