NETTALI.COM- Accusé de s'être masturbé avec deux frères  mineurs, le maçon B. Dieng  risque 10 ans de réclusion criminelle. Jugé ce mercredi 4 juin 2024 devant la chambre criminelle de Dakar, il risque une peine de 10 ans de réclusion criminelle.

Agé de 34 ans, Bassirou Dieng risque 10 ans de réclusion criminelle. Ce maçon, domicilié à Niari Tally, marié et père d’un enfant est accusé de pédophilie sur deux frères mineurs, Ch. B. MB. et S. S. Mb. courant 2021.  A cette époque, le maçon travaillait chez la mère des victimes.

Face aux juges, ces dernières  sont revenus sur les faits.. « Il m'a trouvé en train de jouer dehors avec mon ami Mouhamed. Il nous a demandé de venir lui faire du thé au quatrième. Il m'a entraîné à l'étage avant de me demander de jouer avec son sexe jusqu'à ce que le liquide blanc sorte. Après l'avoir fait jouir il m'a menacé de le dire à personne sinon il allait me tuer. Je suis descendu laver mes mains avant d'aller rejoindre ma mère qui m'appelait pour le déjeuner. Le soir il a demandé à son ami de venir chez lui. Celui-ci a refusé lui disant qu'il a peur du monsieur. Car il lui a fait la même proposition le matin et il a pris la fuite », a raconté, Ch. B. Mb. 11 ans.

S. S. Mb. de poursuivre : « il m'a trouvé devant la chambre de ma mère et m'a demandé de venir vérifier son travail. On est allé à l'étage. Au moment de descendre il m'a demandé de lui toucher son sexe. Chose que j'ai refusé. Il m'a dit qu'il pouvait me prêter son téléphone et faire tout ce je voulais. J'ai refusé avant de prendre la fuite ».

Le maçon a tout contesté en se disant victime de cabale. « Je m'occupais de la finition de leur chantier au deuxième étage pendant un mois et 15 jours. Je ne connais pas ces gamins. J'ai une fois passé la nuit là-bas avec ma femme. Une certaine Yacine, (la tante des victimes), a eu des agissements bizarres et depuis lors je rentre chez moi après avoir fini mes services. Elle me devait 75 mille francs. Mais refusait de me les donner parce que selon elle je devais finir le chantier. C'est sur ces entrefaites qu'on a eu une altercation et qu'elle m'a menacé. Le lendemain je suis venu comme à l'accoutumée et quelques minutes après les éléments de la police de Dieuppeul se sont présentés à moi. Et m'ont embarqué », a allégué le maçon.

Le père des victimes n'a pas réclamé de dommages et intérêts.

Le parquet convaincu par les récits des deux frères, a soutenu que B. Dieng demandait à ces derniers de « jouer avec sa partie génitale jusqu'à éjaculations.  « Le thé s'agissait d'un apât. Après les agissements de l'accusé, S. S. le plus âgé s'en est ouvert à sa maman en y allant avec des pincettes disant que le maçon était méchant. C'est sur ces entrefaites que celle-ci l'a interrogé et il s'est confessé. Son jeune frère a aussi suivi l'exemple et raconté à la maman son mésaventure. Son ultime système de défense c'est de dire que mère Cogna dite Yacine a monté un coup contre lui », a souligné le parquetier avant de requérir 10 ans de réclusion criminelle.

L’avocat de la défense estime qu’il n'y a aucun stratagème si l'on se fie à ce qui s'est passé. Il soutient : « Dans cette affaire c'est des déclarations et des dénégations. Voilà trois ans que Mr Dieng croupit en prison attendant que son honneur soit lavé ». Il a demandé à ce que son client soit acquitté.

Même son de cloche chez Me Mbengue qui fustige la manière dont l'affaire a été bâclée. « La plainte est introduite le 4 octobre 2021, on auditionne le plaignant le même jour. Tout s'est passé très vite. En espace de 4 heures tout a été bouclé. Il n'y a pas de sérieux dans ce dossier », fulmine la robe noire qui estime que B. Dieng n'est pas coupable.

La chambre criminelle de Dakar rend le verdict le 20 juin 2024.