NETTALI.COM - C'était écrit quelque part que ce serait une belle histoire d'amour entre Fatoumata Batouly Ba et l'équitation. Du haut de ses 17 ans, la pensionnaire des Écuries Hann Marinas (EHM) a fini de se frayer un chemin dans l'enclos sénégalais. Passionnée des chevaux depuis sa tendre enfance, "Bébé Fa" fait partie aujourd'hui de la short liste des jeunes cavaliers qui incarnent le futur de l'équitation. Son titre de vice-championne du Sénégal chez les Juniors en est la parfaite illustration.

Naturellement calme, posée et timide à la limite, Fatoumata Batouly Ba dégage une agressivité et une maturité sur les pistes. Sa grinta et sa vista lui servent d'ailes pour voler comme un papillon sur le dos de son cheval, Hansen. Le couple Batouly-Hansen ne passe pas inaperçu, leurs jumpings attirent les regards.

Même si son meilleur résultat reste la deuxième place décrochée en Nationale 3 lors du 11ème CSO qui s'est tenu le dimanche 22 mai, au Racing club de Dakar, à Mbao, Batouly Ba s'est donnée les moyens de s'offrir le précieux titre de vice-championne du Sénégal chez les Juniors.

"Au début c'était compliqué pour moi. Il y avait des hauts et des bas. Mais je n'ai rien lâché et aujourd'hui mes efforts ont été récompensés. Je suis très fière de cette deuxième place et de mon cheval (Hansen) qui a tout donné", s'est réjouie l'étoile filante des Écuries Hann Marinas.

Très fière de son titre de vice-championne du Sénégal catégorie Juniors, l'élève qui va passer en classe de Première lorgne le Graal la saison prochaine.

"Je n'y m'attendais pas forcément. Mais je savais que le cheval (Hansen) était capable de le faire et moi aussi. Cette deuxième place n'est que du bonheur. Maintenant je vise le titre de championne du Sénégal la saison prochaine", a promis la potache des Cours Sainte Marie de Hann.

Vice-championne derrière l'inévitable Babacar Oumar Dieng, Fatoumata Batouly Ba a atteint aujourd'hui sa vitesse de croisière. Une performance vertigineuse qui ne surprend guère l'homme qui a guidé ses premiers pas dans l'enclos sénégalais, Salif Keïta.

"Non pas du tout. Je me rappelle ses premiers jours aux Écuries Ardo Sow devenues Écuries Hann Marinas aujourd'hui. Je savais bien qu’elle pouvait être une grande championne car elle est une excellente cavalière. Je connais ses qualités, raison pour laquelle j’ai insisté avec sa mère pour qu’elle continue l’équitation. Elle monte super bien et elle est discrète dans ça monture", a laissé entendre son premier coach qui n'a pas manqué de lui conseiller à travailler encore plus et surtout de rester sur la même voie.

Issue d'une famille où l'équitation n'est pas un legs, Fatoumata Batouly Ba a piqué le virus des chevaux dès le bas âge et s'est faite toute seule.

"J'aime les chevaux depuis que j'ai quatre ans. Et je ne sais pas ce qui m'a attiré dans l'équitation. C'est venu naturellement", s'est rappelée "Bébé Fa", comme l'appelle affectueusement sa tendre maman.
"Je montais aux Écuries Hann Marinas avec Salif Keïta. J'étais toute petite. Ensuite je suis partie à l'Asfa où j'ai fait mes premiers concours de saut d'obstacles. Et depuis quelques années , je suis retournée aux Écuries Hann Marinas grâce à Wahid Harati. Là-bas j'évolue sous les ordres de mon coach Nicolas Chapelle et de mon préparateur Élimane Sarr", dira la cavalière aux 17 bougies.

Contrairement aux autres cavaliers qui sont toujours accompagnés de leurs parents, Fatoumata Batouly Ba quant à elle étale ses talents sur les pistes loin des regards de papa et maman.

"C'est vrai, mes parents ne viennent pas régulièrement me suivre. Je pense qu'ils vont me stresser (rires). Surtout ma mère. Elle crie sans cesse", a révélé avec beaucoup d'humour la fille cadette de Anna Bocandé.

Cependant, celle qui a commencé à monter avec Kapan, son premier cheval, rêve désormais de participer à des concours internationaux. Autant dire que la petite Princesse de Alpha Ba ne manque d'ambition.