NETTALI.COM – En marge d’une cérémonie de remise de clefs de 36 véhicules à des agents du réseau national du Crédit Mutuel, dans les locaux d’un concessionnaire de la place, ce jeudi 13 janvier, le Directeur général de l’institution, Amadou Jean Jacques Diop a abordé plusieurs sujets relatifs aux attaques dont il est victime de la part d’un groupe de frondeurs. Il a ainsi tenu à apporter des éclairages sur leur projet de grève, le rapport de la commission bancaire qui aurait épinglé sa gestion, la réalité sur la vente d’un terrain, les résultats positifs du CMS en 2019 et 2020 en période de pandémie et les transformation en cours dans l’institution.  

 

Grève fictive des frondeurs

Dans son face à face avec la presse, M. Diop a d’emblée tenu à démentir l’information selon laquelle « certains points ont été fermés« . Une information qu’il qualifie de « fausse« , précisant que « l’ensemble des 218 points de vente ont fonctionné ces deux jours de 8h à 17h. »

« Dans toutes les organisations, il arrive qu’il y ait des collaborateurs qui ne vont pas dans le sens de la démarche choisie. Aujourd’hui, nous avons engagé un programme de transformation. Et toute transformation implique un certain nombre d’avantages, de prérogatives, de comportements. Mais, malheureusement, il y a des gens qui s’opposent et résistent au changement. Mais ce qui est sûr et certain, est que le Crédit mutuel a fait de gros efforts à l’endroit de son personnel. Pour preuve, le 4 janvier 2021, l’ensemble des délégués du personnel et la direction générale, ont signé un accord d’entreprise comportant 41 points d’amélioration sensible. Nous avons convenu ensemble de marquer une trêve de cinq ans pour débloquer notre institution et revenir au bout et faire le point. Maintenant, vouloir remettre en cause cette clause de stabilité qu’on a signée ensemble au bout de 9 mois, laisse la direction générale un peu perplexe« , fait savoir le DG.

Ainsi, le patron du Crédit mutuel du Sénégal a démonté les allégations, portées par trois pelés et un tondu, selon lesquelles la structure traverse une crise.

« Cette partie qui s’exprime dans la presse a un autre objectif. Ils veulent donner l’impression que le CMS est en crise. Une institution qui est en crise ne renforce pas ses moyens. Si ceux qui s’expriment dans la presse avaient une représentativité importante, leur mot d’ordre aurait été plus suivi. Nous ne sommes pas dans une démarche de polémique. Nous avons un chantier de transformation de cette institution en vue d’en faire l’institution la plus performante de l’Uemoa. Nous avons une ambition où toutes les forces de l’institution se sont fédérées. Nous n’allons pas laisser deux ou trois personnes qui ont un calendrier caché, qui cherchent à créer une crise fictive pour peut-être aboutir à des résultats qu’ils ne peuvent pas obtenir par des canaux normaux« , ajoute M. Diop.

Quid du rapport de la commission bancaire ?

« Dans leur discours, ils parlent de rapport de commission bancaire qui a épinglé ma gestion« , s’étonne Amadou Jean Jacques Diop, qui ne manque pas de préciser : « partout où la commission bancaire est passée et qu’elle a trouvé des situations anormales, elle a pris des mesures idoines. La commission bancaire est passée au Crédit mutuel depuis les mois de juillet-août. Qu’ils disent en quoi et sur quoi ma gestion a été épinglée ? Ils ne font que des déclarations dans les médias sans être clairs et précis. Et jusqu’au moment où je vous parle, aucun élément de sanction n’a été prise par cet organe. La commission bancaire a constaté que le CMS fonctionne de manière normale. Je rappelle que cette institution vient d’une administration provisoire. Qui dit administration provisoire dit qu’un certain nombre de dysfonctionnements avaient été notés. Ces dysfonctionnements commencent à être levés. Ces collaborateurs qui passent leur temps à parler dans la presse, ne sont pas dans une logique de participer au bon fonctionnement de l’entreprise. Nous, nous sommes, je le réaffirme résolument engagés dans la transformation et le développement et n’avons pas le temps à perdre avec des polémiques ou du bavardage inutile« .

« La réalité sur la vente de terrain « 

« En tant qu’institution, nous sommes tenus au secret professionnel. Par contre, l’information que ces collaborateurs relaient et selon laquelle, le directeur général du Crédit mutuel aurait donné du crédit à un client, est une information absolument fausse. Le directeur général du Crédit mutuel n’a aucun pouvoir en matière de crédit. Il ne siège dans aucun comité de crédit. Ce qu’on peut dire sur cette opération de vente de terrain, c’est qu’elle ne souffre d’aucune irrégularité. Cette opération a au contraire permis au CMS de réaliser un bénéfice. Le terrain a été acheté à 390 millions et a été vendu à 825 millions à la personne qui a fait la meilleure offre. Donc, on a gagné 435 millions dans cette vente« , précise M. Diop, le Directeur Général.

Une plateforme digitale imminente

« Le Crédit mutuel du Sénégal, c’est aujourd’hui un réseau de 218 points de vente présents dans toutes les régions du Sénégal et dans 44 des 46 départements du pays. Nous avons aujourd’hui, une clientèle de l’ordre de 1 million 300 mille qui font confiance en notre établissement. C’est justement pour mériter cette confiance de nos sociétaires, que nous renforçons les moyens de travail de nos équipes afin qu’elles puissent être tous les jours à leur service. D’ailleurs, sur la nouvelle année 2022, nous allons renforcer de manière significative, les moyens et accompagner davantage ces sociétaires dans la réalisation de leurs projets.

Nous avons annoncé, il y a quelques jours, la mise à disposition d’une enveloppe d’environ 200 milliards pour le financement de projets de ces sociétaires. Ce sont ces axes de collaboration et d’accompagnement que nous voulons mettre en avant au service de nos sociétaires.

Nous allons dans un horizon très court, développer d’autres axes. Nous disposons du premier réseau de microfinance et du système bancaire du Sénégal. D’ici la fin du premier trimestre 2022, nos sociétaires pourrons avoir une plateforme digitale où les 1.300.000 sociétaires pourront opérer de la même manière que sur le réseau physique.

Le CMS a engagé une démarche de progrès et de transformation. Le CMS a décidé de se mettre à l’ère de son temps. L’ère de son temps, c’est aujourd’hui de faire comme toutes les institutions modernes, de pouvoir proposer aux sociétaires des canaux de communication, des canaux d’opération qui donnent plus d’efficacité », renseigne Amadou jean jacques Diop.

Des résultats positifs en pleine pandémie de Covid-19

« Aujourd’hui, le Crédit mutuel du Sénégal est l’un des établissements qui ont le mieux résisté à  la pandémie. Dans le secteur de la microfinance au sein de l’Uemoa, quand on parle de l’ensemble des établissements, on s’est rendu compte que les établissements ont reculé en 2020 par rapport à 2019 de 41%. Mais au Sénégal, ce recul est moins important. Il est de l’ordre de 11%. Nous, par la grâce de Dieu, nous n’avons pas reculé. Au contraire, nous avons paradoxalement progressé de 13%. Ça nous confirme dans la démarche de transformation où nous nous sommes engagés« , a encore expliqué le patron de la structure.

A noter qu’Amadou Jean Jacques est passé par le Crédit mutuel de Metz et Nancy en France, avant d’être nommé directeur de l’agence « Sénégalais de l’Extérieur » de la Société générale, puis directeur du réseau de la CBAO, ensuite Directeur général adjoint d’Amsa Assurances vie, avant d’être à la faveur d’un appel à candidature, nommé DG du Crédit mutuel. Il est titulaire d’une maîtrise de droit des Affaires et d’un 3ème cycle en droit communautaire européen.