NETTALI.COM  – On s’achemine vers un bras de fer entre la Direction générale de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) et ses agents. Ces derniers réclament la fin du volontariat. Ce que les autorités ne veulent pas entendre.

Sept ans de volontariat, ça suffit. Tel est le cri du cœur des agents de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité. Ces derniers ont commencé à se faire entendre à travers différentes localités du pays. Ils réclament la matérialisation des promesses faites par l’Etat.

Toutefois, la Direction générale de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) n’est pas de cet avis. Dans un communiqué aux allures de mise en garde, elle rappelle les dispositions réglementaires de l’arrêté n° 17877 du 27 novembre 2014 fixant le statut des Asp. « A cet effet, la Direction générale appelle l’ensemble des engagés civiques à la retenue et à l’observation stricte dudit arrêté leur interdisant tout rassemblement ou mouvement de grève« , ajoute la même source. Avant de menacer : « La Direction générale ne tolère aucun mouvement d’humeur pouvant saper le moral des assistants à la sécurité de proximité. Elle prendra ses responsabilités contre tout contrevenant. Ainsi, la Direction Générale invite tous les asp à se conformer à leur pacte civique. »

Créé par le chef de l’Etat pour renforcer les forces de l’ordre, le corps des Asp vit une situation difficile. Régulièrement, des éléments de cette agence se plaignent de leurs difficiles conditions de travail. Ils disent notamment en avoir marre du volontariat.