NETTALI. COM – La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS/FC) est très remontée contre le président Macky Sall, suite au traitement que le locataire du palais avait réservé aux syndicats le 1er  mai passé. Selon son secrétaire général, Cheikh Diop, qui regrette la disparition des cadres  d’échanges périodiques entre partenaires sociaux, le  président de la République « veut discréditer le mouvement syndical ». Il l’a fait savoir ce lundi 6 mai, à l’occasion d’un point de presse.

« Le président Macky Sall a opéré une rupture dans les relations avec les partenaires sociaux des centrales syndicales. Il les rencontrait une fois par an avant le 1er mai. C’était le lieu d’échanger sur ce qui est possible de faire et d’être compris mutuellement. Il a supprimé systématiquement ces rencontres. Son Premier ministre recevait également deux fois par an les organisations syndicales majeures, il a aussi supprimé ces rencontres », a déploré Cheikh Diop.

Loin d’apprécier le discours du chef de l’Etat, le secrétaire général de la CNTS/FC n’a pas mis de gants pour exprimer la colère des centrales syndicales. « On s’est rendu compte qu’en amont du 1er mai, il y a tout un débat qui était installé pour discréditer le mouvement syndical et ses dirigeants », se désole Cheikh Diop qui ne compte pas se laisser faire. « Nous allons lutter pour restaurer la dignité, pour restaurer l’espoir des travailleurs mais également pour nous faire respecter », s’engage-t-il.

Par ailleurs, la CNTS/FC, qui  respecte la loi portant suppression du poste de Premier ministre, émet des réserves cependant.

« La suppression du poste de Premier ministre est une décision du chef de l’Etat que nous respectons. Nous pensons qu’en prenant cette décision, il a pris toutes les dispositions pour faire avancer les choses en mode fast track. Mais si ce qui s’est passé au Palais le 1er mai, c’est ça le mode Fast-track social, les organisations syndicales, lui proposerons l’Union Fighting », promet Cheikh Diop.

Pour rappel, cette sortie du leader de la CNTS / FC intervient au lendemain de la déclaration du président Sall qui, le 1er Mai passé, lors de la cérémonie annuelle de remise des Cahiers de Doléances du mouvement syndical, n’avait pas accordé une suite favorable à la requête des travailleurs qui sollicitaient une augmentation de leurs salaires.