NETTALI.COM – Entre le président bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló, son Premier ministre Nuno Gomes Nabiamet les députés de leur pays, c’est la discorde totale sur la supposée signature d’un accord de partage des ressources pétrolières dans la Zec. Selon le quotidien Enquête, la confusion part d’un paragraphe du communiqué du Conseil des ministres du Sénégal, tenu le 24 novembre dernier, dans lequel il est mentionné l’examen et l’adoption du projet de loi autorisant le président Macky Sall à ratifier l’Accord de gestion et de coopération entre le gouvernement du Sénégal et celui de Guinée-Bissau signé le 14 octobre 2021.

Actuellement en session ordinaire, les députés bissau-guinéens ont à nouveau interrogé le Premier ministre Nuno Nambiam, le sommant de dire toute la vérité sur le sujet. C’est ainsi que prenant une nouvelle fois le contrepied du président Umaro Sissoco Embaló, Nuno Nabiam réaffirme aux députés qu’il existe bel et bien un accord signé entre Umaro Sissoco Embaló et son homologue sénégalais Macky Sall sur le partage des ressources de la zone commune.

Le document remis le 26 octobre 2020 par le chef de la diplomatie du pays, Suzi Barbosa, au Premier ministre Nuno Gomes Nabiam dans une enveloppe confidentielle, a alors été partagé aux députés qui, après lecture du document, ont exigé un vote pour annuler la signature par le président Umaro Sissoco Embaló. Le vote a eu lieu, le mardi 14 décembre dans l’après-midi. Et sur les 72 députés présents à l’hémicycle, 70 députés ont voté en faveur de l’annulation de la signature apposée par Umaro Sissoco Embaló dans l’accord signé avec Macky Sall. Les deux autres députés restants se sont abstenus de choisir leur camp.

Pour rappel, après plusieurs accrochages armés avec pertes de vies humaines et un arbitrage international coûteux et laborieux, la Guinée Bissau et le Sénégal ont décidé de forger un consensus sur la gestion des ressources communes aux deux pays sur leur frontière maritime commune. En octobre 1993, les deux pays ont créé l’Agence générale de coopération entre la Guinée-Bissau et le Sénégal sur la Zone économique commune (Zec).

Arrivé au pouvoir en juin 2014, l’ancien président José Mário Vaz dénonce les termes de l’accord de partage des ressources de la Zone économique commune. Il crée alors une commission nationale de négociation pour avancer l’agenda de son pays. Lors de plusieurs réunions avec le Sénégal, cette commission bissau-guinéenne conteste les offres de la partie sénégalaise d’un partage (50 % – 50 %), si le pétrole se trouve au-dessus du 240e parallèle, donc en Guinée Bissau.

Les bissau-guinéens font une contreproposition selon laquelle, si le pétrole est découvert au-dessus de 240º, la Guinée-Bissau aurait 85 % et le Sénégal 15 %. Jusqu’au départ du pouvoir de José Mario Vaz, en février 2020, aucun consensus n’avait été trouvé avec le Sénégal.