NETTALI.COM – Dans Questekki, Mamadou Lamine Diallo brosse un sombre tableau de la gestion de La Poste, sous le magistère de Macky Sall. Il trouve incongru que les deux directeurs généraux qui se sont succédé à la tête de cette boite, Ciré Dia et Bibi Baldé, soient investis en bonne place en direction des prochaines locales, alors qu’ils sont dans le collimateur des corps de contrôle. Dans son réquisitoire salé, le député n’a pas épargné l’argentier de l’Etat, Abdoulaye Daouda Diallo.

Selon Mamadou Lamine Diallo, Ciré Dia et Bibi Baldé  ont alourdi la dette de La Poste, à cause de leur mauvaise gestion. Ainsi, déduit le député, ils ne doivent pas être investis en direction des prochaines élections territoriales.

« Bibi Baldé avec la bénédiction du gouvernement de Macky Sall a amené la dette de la Poste vis – à – vis du Trésor Public à près de 250 milliards en suivant les  traces de son prédécesseur Ciré Dia de Thiès. Et pour récompense, ils sont tous les deux les candidats de BBY à la mairie de Kolda et à la présidence du conseil départemental de Thiès. Plus on pille la Poste, mieux on est considéré chez les FayeSall », a déclaré le député Diallo, dans un texte rendu public ce mardi.

A en croire le leader du mouvement Tekki, « Abdoulaye Daouda Diallo (ADD) a reconnu le pillage pour s’empresser de dire qu’ils ne sont pas les premiers; tous les régimes ont fait la même chose (Sic)! Les travailleurs de la Poste devraient se lever et défendre leur entreprise et refuser le clientélisme sans lendemain. ADD à la suite de son prédécesseur Amadou Ba, aime à  annoncer des records de dépenses budgétaires. Il oublie d’annoncer des records d’endettement extérieur et intérieur. La dette du Sénégal dépasse les 10 000 milliards. Les arriérés intérieurs, ce que l’Etat doit aux PME, PMI, BTP, Transport, Secteur Pétrolier, Universités privées, Avions de Air Sénégal, Hôpitaux, CMU et même bourses familiales, etc., dépassent largement les obligations impayées de l’Etat, invention de BBY pour cacher la dette intérieure. Celle-ci est la variable macroéconomique critique de notre pays à taux de change fixe et à création monétaire limitée ». Il ajoute : « Donc ADD prompt à donner des leçons d’économie 2.0 (à BBY on devient économiste par décret présidentiel ou par nomination comme député) devrait plutôt chercher à effacer les arriérés intérieurs de manière transparente ».

Sur ce registre toujours, Mamadou Lamine Diallo pense que le ministre des Finances devrait faire le point sur le patrimoine bâti de l’Etat cédé à des privés à  Dakar-Plateau et nous dire ce que l’Etat gagne dans cette affaire. « Sa nouvelle société de gestion du patrimoine bâti votée en catimini à l’Assemblée Nationale, ne devrait pas servir à masquer des opérations douteuses du libéralisme de copain », termine-t-il, son réquisitoire.