NETTALI.COM  – Ousmane Sonko se veut formel. Il ne signera aucune charte de non-violence comme voulu par certaines organisations et personnalités qui craignent des soubresauts lors des prochaines locales. Le leader de Pastef l’a dit dimanche lors du meeting d’investiture de Yewwi askan wi. 

Un niet catégorique. C’est ce que le leader de Pastef oppose aux organisations et personnalités de la société civile qui cherchent à faire signer aux acteurs politiques une charte de non-violence pour des élections locales apaisées. “Je ne signerai aucune charte de non-violence“, a laissé entendre Ousmane Sonko qui s’exprimait lors du meeting d’investiture des 19 candidats de Yewwi askan wi dans le département de Dakar. “Je salue cette initiative, mais je ne signerai aucune charte de non-violence. Que chacun fasse ce qu’il a à faire. L’opposition n’a jamais attaqué, elle est toujours attaquée. Il faut répondre à la violence par la violence. Les calomnies peuvent passer, mais la violence non“, a insisté Ousmane Sonko. Il appelle ses partisans à ne pas tendre l’autre joue, mais de répondre aux coups de l’adversaire.

En outre, le leader de Pastef est convaincu que la mobilisation de ce dimanche montre que les militants sont déterminés derrière leurs leaders. “Yewwi askan wi n’est pas une petite coalition, c’est la plus grande coalition politique du Sénégal. Les locales ne sont qu’une étape“, dit-il. Avant d’ajouter : “Les Africains ont décidé de prendre leur destin en main. C’est le cas en Guinée, au Burkina, au Mali… Nous avons l’obligation d’aller au-delà des locales. Nous sortons d’investitures difficiles, mais les uns et les autres doivent se retrouver et se mobiliser autour de l’essentiel. L’objectif, c’est 2024. Et après, il faudra travailler ensemble pour reconstruire ce pays.”