NETTALI.COM – Les membres de la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) continuent de manifester leur mécontentement et leur profond désarroi, face au rejet de certaines de leurs listes pour les élections locales prévues en janvier 2022. Ils dénoncent le fait que le ministre de l’Intérieur soit contre l’application immédiate des décisions de certaines cours d’appel.

La coalition Yewwi Askan Wi a tenu, hier à Dakar, une conférence de presse pour se prononcer sur l’actualité politique. D’emblée, ses membres ont fustigé la dernière sortie du président de la République qui disait que personne ne peut l’intimider. Cheikh Tidiane Youm, Khalifa Sall, Déthié Fall et Cie considèrent que Macky Sall ne maîtrise plus la situation.

Selon eux, ce “manque de maîtrise’’ se manifeste même dans la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY). “Il l’a même reconnu. Il a, dit-il, par stratégie, valider une liste parallèle aux différentes listes qui ont été déposées par la coalition au régime. En réalité, c’est juste parce qu’il ne maîtrise plus rien. Plusieurs membres de cette coalition ont complètement déserté ce groupe, en mettant en place des listes parallèles’’, a dit Cheikh Tidiane Youm. Celui-ci dépeint une situation caractérisant “un véritable recul démocratique’’ qui se manifeste à travers plusieurs facteurs : “Le report du calendrier électoral, la confiscation du droit de vote de nos concitoyens et, en même temps, une prolongation illégale de mandats de certains élus.’’

Pour lui, le régime en place est en train de mettre en place des stratégies pour perturber les élections locales prévues en janvier 2022.

A cet effet, au sujet des rejets des listes dans certains départements, il fustige l’attitude du ministre de l’Intérieur qui est contre l’application immédiate des décisions de certaines cours d’appel. “Plusieurs listes ont été réintégrées, sur décision de différentes cours d’appel. Et à notre grande surprise – nous l’avons découvert comme tant d’autres Sénégalais – une note du ministre de l’Intérieur demandant au préfet et au sous-préfet de ne pas appliquer ces décisions. Il leur demande de se pourvoir au niveau de la Cour suprême. Ce qui, non seulement ne relève pas de ses attributions, mais est à la fois illégal. Puisque l’autorité compétente prévue par le Code électoral reste l’autorité territoriale, à savoir le préfet et le sous-préfet’’, a regretté Cheikh Tidiane Youm, dans les colonnes de Enquête.

“Ce que les Sénégalais doivent savoir, c’est que ce régime en place se nourrit de sondages. Et à travers les différents sondages, il s’est rendu compte que s’il va aux élections, il va les perdre. Et les perdre reviendrait à dire que le président de la République ne pourra absolument pas prétendre à un troisième mandat qui l’empêche de dormir’’, a poursuivi le porte-parole du jour, soulignant que la coalition Yaw ne se laissera pas faire. Selon lui, “toutes ces manœuvres, c’est (dans le but) de pouvoir reporter les élections’’.

Se prononçant sur le cas du député Guirassy dont la liste a été injustement rejetée à Kédougou, M. Youm annonce que Yaw compte se pourvoir au niveau de la Cour suprême. “Guirassy a interjeté appel. Malgré cela, sa liste a encore été rejetée par la cour d’appel. Nous resterons debout. Nous allons nous battre. Donc, nous allons nous pourvoir au niveau de la Cour suprême. Et nous espérons qu’elle prendra ses responsabilités et rétablira la coalition Yaw dans ses droits, afin que le préfet de Kédougou puisse réintégrer la liste de notre frère, l’honorable député Guirassy”, dit-il. Par ailleurs, la coalition Yewwi Askan Wi dénonce la candidature, à Mbour, de Cheikh Issa Sall de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY). Selon elle, la volonté de M. Sall d’être maire n’est pas compatible avec son statut de magistrat. “Il faut préciser que Cheikh Issa Sall est un magistrat. Au niveau de sa déclaration à la préfecture, il est mentionné comme un administrateur civil. Ce qui est un faux et usage de faux réprimé par la loi’’, a dénoncé Cheikh Tidiane Youm.

D’ailleurs, plusieurs militants de Yaw ont adressé des courriers à la Cour d’appel de Thiès pour qu’on les éclaire sur cette situation. “Nous attendons la réponse de la cour d’appel et nous sommes certains que sa candidature va être rejetée, puisqu’il est magistrat’’, affirme-t-il.

Barthélémy Dias, qui a été arrêté au niveau de la Sicap Liberté 2, alors qu’il partait en cortège distribuer des flyers au Plateau, a rejoint ses alliés de Yewwi Askan Wi au cours de la conférence de presse.