NETTALI.COM – Le préfet de Saint-Louis, Modou Ndiaye, n’est  pas content d’avoir été désavoué par la Cour d’appel après sa décision d’invalider la liste de Yewi Askan Wi. Selon lui, la juridiction d’appel devait au moins entendre sa version des faits avant de le désavouer, une décision de justice devant être contradictoire.

«Pour le moment, je n’ai pas encore reçu de notification de la part du ministre de l’Intérieur. Mais, j’ai entendu, par le biais des médias, l’information selon laquelle, le ministre de l’Intérieur a demandé aux préfets d’introduire des recours par rapport aux décisions des différentes Cours d’appel du pays», avance le préfet Modou Ndiaye. Pour le cas de Saint-Louis, le préfet informe que la Cour d’Appel a manqué d’informations avant de statuer sur le cas de Yewwi Askan Wi. D’après l’autorité administrative, sur les 27 candidats  de la liste départementale de ladite coalition, 22 sont valables et les 5 ont été déclarées irrecevables. Il poursuit en indiquant qu’au moment des dépôts, il avait pris le soin d’aménager une salle qu’il a mise à disposition de la coalition Yewi Askan Wi. Selon toujours le préfet, un candidat ne peut pas être tête de liste à la fois pour la commune et le département.

D’après Modou Ndiaye, le mandataire de Yewwi Askan Wi a joué à un jeu de dupe et il a gagné. A l’en croire, lorsque le mandataire, en l’occurrence Malick Diop, a su que leur liste pour la départementale a été rejetée, il a créé son injoignabilité afin de ne pas recevoir de notification le jour du vendredi 8 novembre. Malick Diop a attendu le lundi pour venir se présenter à la préfecture pour demander qu’on lui remette une copie de la liste de la coalition Benno bokk yakaar. Le préfet a refusé de satisfaire sa requête.

Dans sa décision, la Cour d’appel dit que l’arrêté n’est pas opposable à la liste départementale de la coalition Benno bokk yakaar. Selon la cour d’Appel, le mandataire n’a pas reçu la notification du rejet de sa liste à date échue. Mais, le préfet déclare qu’il a déposé l’arrêté au commissariat avant minuit afin que Malick Diop reçoive la notification. «En politique, il y a un minimum d’éthique. Et Malick n’avait pas à jouer à ce jeu de dupe. Lui-même savait que leur liste était incomplète. Si vous demandez au mandataire  de  la coalition Wattu Sénégal, il vous dira que le mandataire de Yewwi Askan Wi l’a sollicité afin de lui permettre de compléter leur liste. La commission a rejeté cinq faux dossiers de Yewwi Askan Wi», peste le préfet de Saint-Louis.

Modou Ndiaye informe qu’il va rencontrer demain (aujourd’hui) le gouverneur pour voir la conduite à tenir par rapport aux dossiers. «A l’issue de la rencontre avec le gouverneur, on va voir si cela vaut la peine de continuer la procédure, si c’est nécessaire de faire un pourvoi en cassation ou de laisser les choses en l’état», informe-t-il. Le préfet met en cause la décision de la Cour d’Appel qui, dans son verdict, a déclaré avoir rendu sa décision à l’issue de l’assemblée contradictoire. Ce qui n’est pas l’avis du préfet. Il affirme qu’il n’a pas été consulté par la Cour d’appel pour qu’il puisse s’expliquer. «Il n’y a pas eu de contradictoire, la décision a été rendue sur la base du recours de la coalition Yewwi Askan Wi. Elle ne m’a pas consulté pour que je donne mon point de vue. On peut même demander l’expertise de la Sonatel. Elle pourra certifier que Malick Diop a créé son injoignabilité», ajoute l’autorité administrative.