NETTALI.COM – Après que le groupe D-media a reçu, ce lundi matin, un avocat et un huissier, venus faire l’inventaire du matériel, Simon Faye, rédacteur en chef de Zik Fm et Ibrahima Lissa Faye de l’Appel dénoncent le déploiement de l’impressionnât dispositif sécuritaire.  

Consécutivement au gel des comptes de D-media par le fisc, ce lundi matin, un avocat et un huissier, escortés par la gendarmerie, étaient venus pour procéder à l’inventaire du matériel des différents organes de l’entreprise. Il s’agit d’un dispositif impressionnant qui a été mobilisé, à l’occasion.

Simon Faye, rédacteur en chef de Zik Fm, affiche son étonnement en ces termes :  « Ce qui s’est passé, c’est qu’on a reçu un huissier accompagné de gendarmes. Ils sont là pour répertorier tout ce qu’il y a comme matériel dans l’immeuble du rez-de-chaussée jusqu’au 5e. Ils ont fait leur travail avant de repartir. Il faut juste préciser que c’est la suite logique de l’affaire D-Media impôts et domaines. C’est ce que m’a dit l’huissier. Le gendarme m’a demandé si j’étais au courant et je lui ai répondu par la négative. C’est dans ce contexte que j’ai appelé qui de droit pour voir la suite à réserver à cette situation », a-t-il dit, non sans poursuivre : « mais ce qui m’a étonné c’est l’armada qui a été déployée. On pouvait voir des gendarmes partout. C’est comme si l’huissier s’attendait à une certaine forme de résistance. Alors que dans cette maison les gens sont venus travailler ».

Simon Faye est d’avis que si le dossier D-Media impôts et domaines doit en arriver là, c’est inquiétant. « C’est inquiétant puisque l’affaire a déjà fait grand bruit. Les autorités qui doivent être saisies ont été saisies. (…) Si cela a des relents politiques, la plupart des gens qui sont là ne sont pas des militants de Gueum sa bopp. Nous sommes des employés de Bougane et nous avons une relation strictement professionnelle avec lui. Donc, notre position est que nous sommes aujourd’hui dans un média et il y’a problème si la démocratie doit être ballonnée. Parce que la finalité c’est de fermer des médias demain et ça sera vraiment inquiétant », martèle-t-il.

De son côté, Ibrahima Lissa Faye, APPEL (Association des professionnels de la presse en ligne), estime qu’on ne doit pas confondre la politique et le journalisme. « Quelle que soit l’appartenance politique du journaliste, son travail doit le faire en toute impartialité. Quand on essaye d’atteindre Bougane et qu’on passe par ses organes ça devient inquiétant. Et ça peut avoir d’autres répercussions beaucoup plus graves », dénonce M. Faye. Ce dernier, au sujet du dispositif sécuritaire qui a été pris, ce matin, devant les locaux de D-media, déplore : « quand on a vu le dispositif je pensais qu’il y’avait un délit et la gendarmerie était venue pour sécuriser le périmètre. Ils devaient avoir l’élégance et la courtoisie de faire leur travail sans pour autant faire tout ce bruit ».