NETTALI.COM – Les mouvements d’activistes comptent lancer une série de manifestations dans les 46 départements du Sénégal, après le Magal de Touba. Ce, pour dénoncer ‘’le recul démocratique’’ traduit par les interdictions de manifester au Sénégal.

Neuf organisations de la société civile dont Africa First, FDS, Frapp, Noo Lank, Y en a marre étaient en conférence de presse, hier, pour dénoncer les violations qu’ils ont subies, vendredi dernier, à l’occasion d’une manifestation initiée contre la vie chère au Sénégal. Ces mouvements précités rappellent qu’ils avaient décidé de manifester pacifiquement, comme le consacre la Constitution en son article 8, sans l’autorisation du préfet de Dakar. ‘’Mais, ce jour-là, la police a séquestré 23 de nos membres parmi lesquels quatre femmes, de 16 h à 5 h du matin, avant même qu’on ne soit sur les lieux, dans nos véhicules, brutalement. Pire, aucune notification ne nous a été servie, pour nous mettre en état d’arrestation, en garde à vue ou pour une audition’’, s’insurgent ces mouvements d’activistes, en des propos relayés par Enquête.

Ils ont été transférés au Camp Abdou Diassé et non dans un commissariat et sans aucun contact avec leurs avocats. ‘’Une police qui séquestre de dignes citoyens, nous avons vraiment en face un Etat voyou. Mais qu’ils sachent que toutes ces pratiques ne peuvent pas nous intimider, car cela nous rend plus forts’’, ont-ils averti.

D’après les camarades de Guy Marius Sagna, c’est aux environs de 2 h du matin qu’ils ont enfin été libres par groupes de sept personnes dans différents endroits, sous la pluie. Seulement, les protestataires ont été surpris de remarquer l’absence des puces téléphoniques sur leurs appareils mobiles. ‘’Nous tenons à informer l’opinion nationale et internationale que toute tentative de complot d’actes terroristes, de trafic de drogue, de menaces de mort avec nos puces ne pourra nous être imputée’’, tiennent-ils à préciser.

Lancement du concept ‘’Manifestation Feep’’

Les mouvements comptent, ainsi, poursuivre leurs plans d’action, à travers le lancement du concept ‘’Manifestation Feep’’. L’objectif, relève-t-on, est de manifester partout dans les 46 départements du Sénégal, avec des journées de ‘’Flyers Fepp’’ pour sensibiliser les populations. Plus catégorique que ces camarades, Cyril Touré ou Thiat du mouvement Y en a marre est d’avis que le président Macky Sall a créé un ‘’gouvernement négro-nazie qui a sa propre police pour traquer, séquestrer et espionner les Sénégalais. Ce qui est trop’’, clame-t-il. A ses yeux, la population n’a droit ni à l’éducation encore moins à la santé, mais est en permanence réprimandée par les forces de l’ordre. ‘’Il y a une ségrégation des couleurs dans ce pays. Il faut être marron-beige pour prétendre à des droits. Des puces ont été retenues. Il faut s’attendre à ce que nos camarades soient taxés prochainement de terroristes’’, avertit le rappeur du groupe Keur Gui.