NETTALI.COM – Le ministère des Pêches et de l’économie maritime a apporté la réponse à Greenpeace Afrique et les communautés des pêcheurs qui avaient dénoncé l’implantation de nouvelles usines de farine et d’huile de poisson à Sandiara, la deuxième de l’année après celle de Cayar.

Greenpeace Afrique et les communautés de pêcheurs du Sénégal ont condamné, mardi dernier, l’implantation de nouvelles usines de farine et d’huile de poisson. Et, le ministère des Pêches et de l’Économie maritime n’a pas attendu longtemps pour apporter la précision à l’ONG. “Le ministère, à travers la Direction des Industries de Transformation de la Pêche (DITP), tient à préciser que les autorisations préalables d’implantation de ces deux usines datent respectivement du 5 janvier 2018 et du 1er février 2019“, a dit le responsable de la DITP, Babacar Banda Diop, dans un communiqué dont copie nous est parvenue.

Aucune nouvelle autorisation n’a été accordée depuis la concertation nationale sur l’industrie de la farine et huile de poisson au Sénégal“, ajoute le document, précisant que cette rencontre, tenue le 24 octobre 2019, a retenu le gel de l’octroi de nouvelles autorisations préalables d’implantation de ces usines. “Ces deux usines incriminées ont donc bel et bien bénéficié d’autorisation préalable d’implantation avant la concertation nationale sur la question“, renseigne le document.

Pour finir, le responsable du ministère a soutenu que Bel Meal Suarl de Sandiara et Barna Sénégal de Cayar ont engagé un processus pour l’obtention du quitus environnemental pour bénéficier de l’agrément.

Pour rappel, Greenpeace Afrique dénonce l’ouverture d’une nouvelle usine de farine de poisson à Sandiara, la deuxième de l’année après celle de Cayar, et ce, malgré l’engagement du ministère chargé des Pêches de ne plus accorder de nouvelles autorisations. « L’usine de farine et d’huile de poisson dénommée Barna est érigée dans une zone d’habitation avec des conséquences terribles sur la santé et le cadre de vie des populations. En effet, depuis que l’usine a commencé ses activités, une odeur nauséabonde empeste toute la commune et les localités environnantes et des maladies mystérieuses ont fait leur apparition au sein de la population», a dit Mor Mbengue du collectif Takhawou Cayar cité dans la déclaration. «La principale contradiction relevée est que le ministère chargé du secteur de la pêche a confirmé en juillet le gel de la délivrance d’agrément pour l’installation de nouvelles usines de farine de poisson au Sénégal », signale Greenpeace Afrique qui ajoute :  «pour rappel, ce gel fait partie des recommandations issues des concertations nationales sur les usines de farine et d’huile de poisson qu’il a lui-même organisées pour réglementer ce secteur ».