NETTALI.COM – L’enquête déclenchée sur les trafics de passeports diplomatiques par la Division des investigations criminelles (Dic) est loin de connaître son épilogue. Alors que les deux parlementaires cités dans cette affaire se lavent à grande eau, l’enquête impliquant le rappeur et activiste Landing Mbissane Seck dit Kilifeu, avance à grands pas.

Toujours en garde à vue dans les locaux de la Dic pour une affaire de trafic de passeports diplomatiques, Kilifeu s’enfonce davantage. Dans le cadre de l’enquête, les policiers de la Dic ont en effet jugé nécessaire d’entendre l’auteur des vidéos sur lesquelles, on voyait le rappeur promettre des passeports contre des sommes d’argent à Thierno Amadou Diallo. Ce dernier dit “Thier” purge une peine de 2 mois pour cambriolage, suite à son jugement devant le tribunal des flagrants délits de Dakar.

Les enquêteurs de la Dic ont ainsi visionné les vidéos montrant Thier et Kilifeu dans une voiture. Leur discussion tournait autour de l’acquisition de visas et de passeports (rouges). Ce qui a justifié que Thier soit extrait de sa cellule à la Maison d’arrêt de Rebeuss pour être présenté aux enquêteurs, ce mercredi 8 septembre pour une confrontation avec son ami Kilifeu. Entendu, le prisonnier a complètement enfoncé Kilifeu. Thierno Amadou Diallo dit Thier a en effet affirmé que le membre de «Y en a marre» lui réglait des passeports pour sa femme et ses enfants contre de l’argent.

Des déclarations qui ne cadrent toutefois pas avec celles de son ami, Kilifeu. En effet, lors de l’audition de ce dernier, mardi, les policiers lui ont fait visionner la fameuse vidéo. Et, le rappeur de déclarer ne plus se rappeler  de ses intermédiaires dans la procédure d’obtention de passeports diplomatiques. Sauf prolongation de la garde à vue, Kilifeu sera présenté ce jeudi 9 septembre, au procureur de la République. Aussi, la procédure ouverte contre El Hadji Condé se poursuit. Le faussaire qui a impliqué deux députés dans son trafic de documents de voyage, aurait maintenu ses accusations. Même si nos sources avancent que les éléments de l’enquête n’établissent pas un lien direct entre les parlementaires et le mis en cause, les investigations se poursuivent pour situer les responsabilités de ces deux députés, Mamadou Sall et Mamadou Biaye, même s’ils continuent de clamer haut et fort leur innocence.

Parallèlement, l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Mamadou Seck, a été entendu par les policiers enquêteurs de la Dic puisque des documents de voyage sur lesquels sa signațure a été apposée, ont été retrouvés lors des perquisitions chez des personnes suspectées de trafiquer des passeports diplomatiques. Mais, au terme de l’interrogatoire, il s’est trouvé que les faussaires avaient falsifié la signature de l’ancien maire de Mbao.