NETTALI.COM – Mamadou Tall et Seydina Alioune Tall ont comparu à la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour les faits d’abus de confiance portant sur 5 milliards de francs CFA. Ils ont été attraits devant le prétoire par leur frère, l’importateur de riz, Moustapha Tall.

Le linge sale se lave en famille. Moustapha Tall n’a pas fait sien cette assertion. L’homme d’affaires et non moins célèbre importateur de riz a attrait ses deux frères en l’occurrence Mamadou Tall et Seydina Alioune Tall devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Il leur reproche le délit d’abus de confiance portant sur 5 milliards de francs CFA. Ces derniers étaient des employés dans ses magasins mais, au lieu de fructifier les affaires pour le bonheur de la famille, ils ont détourné ce pactole, selon l’accusation.

Les prévenus ont battu en brèche les accusations portées contre eux. D’après Mamadou Tall, en plus de la gérance du magasin de son frère sis à Kaolack, il s’activait dans la vente de produits divers comme le sucre, le pétrole et le tabac. A l’en croire, c’est ce qui justifie sa fortune. C’est par la suite, dit-il, qu’il a décidé de travailler pour son compte. Par ailleurs il renseigne à propos de Moustapha Tall  : « depuis qu’il a a eu son problème avec la douane sénégalaise, il en veut à la terre entière. Il a des contentieux avec plusieurs personnes ».

Quant à son frère Seydina Alioune Tall, il affirme qu’il s’est fait des gains grâce aux commissions qu’il collectait du côté de certains clients avec qui il collaborerait.

Les avocats de la partie civile, qui estiment que leur client a subi un énorme préjudice, réclament la somme de 10 milliards de francs CFA pour toute cause de préjudice confondu.
Le représentant du ministère reste convaincu que les faits sont établis tant dans leur matérialité que dans leur imputabilité. Mais compte tenu de la qualité de délinquants primaires des comparants, il a requis qu’ils soient condamnés à une peine assortie du sursis.

Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont sollicité la relaxe de leurs clients. Car disent-ils, les faits ne sont pas établis à leur encontre. Pour la demande reconventionnelle, pour le préjudice moral qu’a subi leurs clients, ils réclament la somme de 10 milliards de francs CFA.

Le jugement sera rendu le 10 novembre prochain.