NETTALI.COM – Le Parti démocratique sénégalais (PDS) est prêt à s’allier avec des partis de l’opposition, dans le cadre de la grande coalition en vue pour les élections locales du 23 janvier prochain. Dans un entretien avec le quotidien Enquête, diffusé ce samedi, le secrétaire national  chargé de la mobilisation et membre du Comité directeur du parti de Me Abdoulaye Wade précise que leur formation politique ne jouera pas les seconds rôles dans cette alliance.

Assane Ba se veut clair. Certes le Parti démocratique sénégalais souscrit au projet de coalition, annoncé par Serigne Moustapha Sy; guide du mouvement des Moustarchidines wal Moustarchidates, mais, à l’en croire, cela ne veut pas dire que cette formation politique va laisser du champ à ses concurrents, relativement au statut du chef de file de l’opposition.

« Cette coalition ne saurait s’apparenter à un chef de l’opposition ou de parti, puisqu’avec nos amis de Pastef, nous nous sommes rencontrés, à plusieurs reprises, au niveau du siège du PDS, pour discuter et échanger. Il en est de même avec les autres formations politiques. Donc, il ne s’agira pas de dire que la coalition appartient à tel ou tel autre ; ce sera plutôt une coalition de l’opposition, de manière générale. Tous les états-majors politiques sont en train de se parler autour des pôles qui constituent l’essentiel de la classe politique. Le mérite revient à tous les partis qui restent ensemble », a déclaré le secrétaire général national chargé de la mobilisation et membre du Comité directeur.

Assurant que le PDS est prêt à y prendre part, il précise : « Absolument ! Le PDS ne peut pas être un wagon, dans cette affaire. Notre parti sera plutôt la locomotive. Nous sommes le parti le plus fort, le seul à disposer d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Par conséquent, le PDS ne peut pas jouer le dernier rôle ».

117 collectivités locales  étaient contrôlées par le parti libéral en 2014. Cependant, entre-temps, le PDS a perdu certains responsables et pas des moindres…« Il est évident qu’entre-temps, le pouvoir a, comme à son habitude, acheté certains maires. C’est une évidence qu’on ne peut pas nier. Vous savez, la force du Parti démocratique sénégalais demeure surtout la base. C’est-à-dire qu’on peut être maire, ancien ministre ou député, mais si on quitte le parti, on part seul. On n’est suivi par personne. La base est restée intacte. Les conseillers municipaux qui avaient élu ces maires-là, conformément à la loi du Code électoral et du Code des collectivités territoriales, et la quasi-totalité des électeurs sont restés fidèles au Parti démocratique sénégalais », dira Assane Ba.

Pour finir, il donne des nouvelles de Wade-fils et prend date pour son retour au bercail.  « Karim Wade se porte à merveille. On se parle de temps en temps. Il a beaucoup de nostalgie pour le pays. Il fait des déclarations. Nous nous concertons sur certaines questions. Il envoie des délégations à travers le pays pour présenter des condoléances. Donc, il est au courant de tout ce qui se passe au Sénégal. Il participe dans tout ce que nous sommes en train de faire. Son retour, nous le dirons le moment opportun. C’est au Parti démocratique sénégalais de voir la période adéquate pour nous et pour lui. En ce moment-là, vous serez informés », souligne l’ancien chef de cabinet de Farba Senghor.