NETTALI.COM – Les responsables du Pastef/Dakar comptent descendre sur le terrain pour mettre fin aux diverses lenteurs et autres manquements notés dans la délivrance, par les mairies, des certificats de résidence nécessaires pour pouvoir s’inscrire sur les listes électorales. Hier, lors d’un point de presse, le coordonnateur du Pastef/Dakar, Abass Fall, a dit son dessein d’investir, dès la semaine prochaine, les mairies et les commissions administratives, pour lever tous les obstacles pouvant entraver la participation des primo-votants, lors de ce scrutin de janvier 2022.

Les responsables du Pastef/Dakar comptent partir en guerre pour lever toutes les barrières et autres obstacles susceptibles d’entraver le vote les primovotants, lors des prochaines locales de janvier 2022.

Hier, lors d’un point de presse, Abass Fall, Coordonnateur du Pastef à Dakar, a souligné les nombreux manquements et dysfonctionnements dans le processus d’inscription sur les listes électorales : lenteurs dans la délivrance des certificats de résidence et des pièces d’identité biométriques, tentative de transferts d’électeurs, entre autres.

D’après le responsable des patriotes cité par Enquête, cette politique de sabotage mise en place par le régime de Macky Sall, en compagnie de certains maires, vise à exclure du jeu politique les jeunes qui ont décidé de le sanctionner négativement, lors de ce scrutin. ‘’Depuis quelques jours, on a lancé les inscriptions sur les listes électorales. Mais nous avons eu le regret de constater que le régime de Macky Sall a mis en place des entraves et des obstacles à cette révision des listes électorales. En effet, on a constaté que des maires en perte de vitesse, comme Alioune Ndoye (NDLR : édile de la commune Dakar-Plateau), s’arrogent le droit de donner les certificats de résidence à qui il veut. Pis, il a même donné des instructions à des chefs de quartier pour qu’ils ne facilitent pas l’obtention d’un certificat de domicile aux citoyens. Ainsi, des chefs de quartier réclament des factures d’eau et d’électricité à de futurs électeurs, ce qui est inadmissible’’, clame-t-il avec force.

Très en verve, il dénonce la mise en place d’un système visant à exclure les primo-votants et plus largement les jeunes du processus, en exigeant la présentation d’une carte d’identité biométrique pour s’inscrire sur les listes électorales. ‘’Dans tous les pays, quand tu es majeur, tu es automatiquement versé sur le fichier électoral. La Constitution garantit à toute personne ayant atteint la majorité le droit de vote. Il est indiqué, par l’Etat, que les jeunes qui veulent voter ne disposent que de 45 jours (du 31 juillet au 14 septembre 2021) pour obtenir une carte d’identité. Tout le monde sait au Sénégal que les délais de délivrance sont trop longs, ce qui fait que beaucoup de jeunes ne pourront pas voter, pour la simple raison que les inscriptions sur les listes électorales s’achèvent le 8 septembre’’, a-t-il fustigé.

Ainsi, le responsable politique appelle à la mobilisation des troupes du Pastef pour veiller à la transparence du processus électoral, à travers des descentes dans les commissions administratives et des mairies de Dakar, pour mettre fin à cette ‘’forfaiture’’.

‘’On demande aux jeunes du Pastef de se mobiliser dans les communes, dans les mairies et dans les commissions administratives, dans la région de Dakar. Dès la semaine prochaine, on se rendra dans les mairies, en compagnie de plusieurs citoyens qui veulent avoir leur certificat de résidence. Si la mairie met en place des obstacles à l’obtention du certificat de résidence, alors la mairie ne travaillera pas. Au niveau de toutes les commissions administratives, nous allons aussi mettre en place une politique de veille qui fera que tout individu qui se présente avec un certificat de résidence suspect soit rejeté’’, renseigne-t-il.