NETTALI.COM – A l’instar de Ousmane Sonko, Barthelemy Dias appelle l’opposition sénégalaise à se mobiliser comme un seul homme pour permettre à tous les électeurs de  voter aux prochaines locales. A cet effet, il menace Macky Sall et son ministre de l’Intérieur, Antoine Diome.

Animant un point de presse ce jeudi à Dakar, Barthelemy Dias est revenu sur la volonté prêtée au pouvoir d’exclure du processus électoral ceux qui ne disposent pas de carte nationale d’identité dite « carte CEDEAO ». « Nous allons nous battre jusqu’au bout pour faire respecter nos droits consacrés par la Constitution. Ceux qui appellent cela violence, ce sont des hypocrites. Les 56 milliards dépensés pour confectionner ces cartes, c’est l’argent du contribuable sénégalais », dit-il.

Le maire de Mermoz Sacré-Cœur de se demander comment l’Etat peut-il dépenser autant d’argent pour confectionner de nouvelles cartes et revenir aujourd’hui encore parler de problèmes liés à la disponibilité des cartes d’électeur.

Traitant le ministre de l’Intérieur d’homme « sans vergogne », il déclare que Macky Sall et Antoine Diome disposent pourtant du fichier, alors que ce n’est pas le cas pour l’opposition.

« Il ne faut pas qu’on vienne demain dire que nous sommes des personnes violentes. Ceux qui parlent de violence doivent commencer par sermonner Macky Sall, pour qu’il revienne à la raison. Le jour où il se comportera en homme responsable, nous allons nous comporter en conséquence », avertit-il.

Poursuivant son propos, il mentionne : « On sifflera la fin de la récréation, trop c’est trop. Le président Macky Sall ne peut pas penser qu’on lui laissera le soin d’aller aux élections dans ces conditions-là, ça ne se passera pas comme ça ».

Raison pour laquelle, il invite « dans les plus brefs délais les leaders de l’opposition qui sont présentement en discussions et qui sauront se reconnaitre à travers ces propos », de se regrouper « dans l’intérêt de cette nation ». « Nous n’accepterons pas d’aller vers une période de contentieux sans le fichier électoral», met-il encore en garde.

Au sujet de « cette histoire de dire que quiconque ne dispose pas d’une carte nationale d’identité CEDEAO ne pourra pas voter», il « réitère l’appel de Ousmane Sonko », demandant aux jeunes concernés par cette situation de prendre leurs certificats de résidence et leurs extraits de naissance pour « imposer leurs inscriptions dans les commissions ».

Pour finir, Dias-fils invite tous les acteurs impliqués dans l’organisation de ces élections locales «  à la tenue et à la retenue », leur demandant d’assumer leurs responsabilités, sans se laisser manipuler par la majorité.