NETTALI.COM – Afin de lutter contre les transferts illégaux d’électeurs, la loi exige la production d’un certificat de résidence pour l’inscription sur les listes électorales de certains citoyens. Le hic, c’est que les maires ou leurs délégataires chargés de les délivrer sont accusés de les instrumentaliser pour en faciliter l’obtention à leurs potentiels électeurs, en privant les adversaires des mêmes facilités. Ce que dénonce Dethié Faye.

Interpellé par Enquête, Déthié Faye renvoie aux articles L40 et L36 du Code électoral, qui fixent respectivement les conditions requises pour avoir droit au sésame et pour s’inscrire sur les listes électorales d’une commune. Il peste : ‘’Les choses sont très claires, aux yeux de la loi. Ce sont les maires qui, de façon discriminatoire, en usent et abusent, pour s’adonner à des transferts d’électeurs qui leur sont favorables, bloquer les autres qui ne leur sont pas favorables. Il faut que ça cesse.’’ De tout temps, la délivrance des certificats de résidence a revêtu des enjeux bien spécifiques, à la veille des élections, surtout locales. Même si, cette année, la question a atteint des proportions rarement égalées.

Pour Déthié Faye, c’est que les enjeux sont ‘’exceptionnels’’ et qu’il y a un vent de changement qui fait peur aux tenants du pouvoir, aussi bien sur le plan local que sur le plan national.

Pour lui, la solution serait de donner compétence à la police et à la gendarmerie de délivrer de tels actes. ‘’Je pense qu’on devrait permettre aux citoyens de pouvoir obtenir ces documents par la gendarmerie et la police. Ces administrations, si le document est faux, elles peuvent le détecter facilement. Je pense que c’est la meilleure solution. Le maire, lui, il est juge et partie. Tant qu’il aura l’exclusivité, il va en abuser’’, suggère-t-il.