NETTALI.COM – Le gouverneur de Tambacouda a présidé la visite du site de construction d’une usine de transformation de produits locaux à Dianké Makha, dans le département de Goudiry. Selon la livraison de ce mardi du quotidien Enquête, il a exigé du partenaire allemand le respect des engagements pris et des intérêts des populations.

Dianké Makha, dans le département de Goudiry, va accueillir une nouvelle usine de transformation de produits locaux. En compagnie des investisseurs, le gouverneur de Tambacounda a effectué une visite sur le site. A cette occasion, Oumar Mamadou Baldé a rappelé à ces derniers leur obligation de veiller aux intérêts exclusifs des populations.

Selon le chef de l’Exécutif régional, c’est la condition sine qua non de la continuité du projet. “Quelle que soit mon amitié et ma sympathie à l’endroit de M. Pascal LeGolf, le partenaire, on continuera à l’accompagner tant qu’il restera sur la voie de la préservation des intérêts de Dianké Makha. Le jour où il déviera de cette voie, nous ne le soutiendrons plus et le projet s’arrêtera” prévient-il., dans les colonnes de Enquête, ce mardi.

Le partenaire l’a bien compris. Monsieur Le Golf de Square Bridge Pharma a annoncé que ce projet contribuera à créer 250 emplois directs et 4 000 indirects dès la fin des travaux de construction prévue dans 18 à 24 mois. À l’en croire, le coût global de ce projet est estimé à un milliard 200 millions F CFA.

Cette usine, dont la pose de la première pierre est prévue en octobre prochain, est destinée à la transformation des produits dérivés du baobab, comme le pain de singe (“bouye’’) qui est très prisé dans cette partie de la région de Tambacounda. D’ailleurs ici, les habitants n’aiment pas l’appellation “pain de singe’’ ; ils En effet, pour les habitants du Boundou, le “bouye” n’est pas juste un fruit pour les singes, mais c’est depuis des générations un produit avec lequel les populations se nourrissent. Le baobab a beaucoup de vertus. Au-delà du fruit qu’il offre, ses écorces, ses racines et ses feuilles donnent à l’homme de multiples bienfaits.

D’ailleurs, le président d’Experna, une ONG qui investit dans la transformation du “bouye” à Goudiry, l’a compris depuis bien longtemps. Opa Cissokho se dit satisfait qu’enfin les pouvoirs publics aient compris que le développement du département passera par la transformation et la valorisation des produits du baobab. Pour lui, l’usine de compléments alimentaires sera aussi une grande opportunité pour les 65 % de femmes et 33 % de jeunes qui s’activent dans ce domaine.

Le maire de la commune de Dianké Makha, Séga Diallo, s’est félicité du choix porté sur sa commune pour abriter ce projet. A cet effet, la mairie leur a octroyé 150 hectares de terres. Dans sa vision de développer les terroirs du Sénégal, le président a instruit l’Agence nationale d’aménagement territoire (Anat) de travailler à l’élaboration d’un plan de développement et d’aménagement du territoire qui a été validé. Il a ensuite instruit l’agence de travailler à valoriser les ressources et potentialités qui sont celles des différents terroirs. C’est dans ce cadre que ce projet est déployé dans cette commune.

Mais, a précisé le gouverneur, c’est aussi grâce à une collaboration étroite entre l’Administration régionale et le directeur de l’agence pour attirer le premier investisseur.