NETTALI.COM – L’affaire Locafrique n’en finit pas de faire couler beaucoup d’eau et d’encre. Après la magistrature, le dossier est en passe d’éclabousser la gendarmerie nationale, si l’on en croit la parution de ce lundi du journal Enquête.

Depuis des années, les plus hautes institutions du pays semblent incapables de trancher ce litige qui, selon beaucoup d’observateurs, n’a que trop duré et n’en finit plus de faire des victimes. La dernière en date, c’est l’adjudant Adama Niang, commandant de la Brigade de recherches de la gendarmerie, envoyé en mission en RDC par le commandement, suite aux actes qu’il aurait posés dernièrement dans ce dossier. Selon certaines sources, l’adjudant qui a été un peu surpris par cette attitude de la hiérarchie, ne compte pas rejoindre la mission.

“L’adjudant a eu à demander plusieurs fois des affectations, mais jamais il n’en a bénéficié. S’il accepte de quitter dans ces conditions, c’est comme s’il avait accepté d’être en faute, alors qu’il n’a pas fauté’’, souligne un agent. Mais pourquoi ce rebondissement spectaculaire dans l’affaire Locafrique, que l’on croyait enfin terminée, avec la décision rendue le 29 juillet dernier par la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar, qui avait condamné Khadim Ba à 2 ans de prison dont 3 mois ferme, en sus de 12 milliards à payer à son père Amadou Ba ? S’il y a des responsabilités, il faut les chercher ailleurs, confie notre interlocuteur qui affirme : “Le commandant Niang est un enquêteur aguerri. Dans cette affaire, il a reçu une plainte d’un avocat de Khadim Ba. C’est aberrant de croire qu’il peut ouvrir une enquête dans ce dossier très médiatisé, sans en parler au procureur, duquel il dépend en la matière.’’

C’est, selon lui, sur ordre du procureur qu’il a pris la décision d’auditionner les personnes citées, en l’occurrence Amadou Ba (père de Khadim) et ses collaborateurs dont Me Mamadou Diop. Et d’ajouter : “C’est le procureur qui lui a donné l’ordre. Il a aussi informé sa hiérarchie qui, après vérification, l’a laissé instruire le dossier. En vérité, ils ne voulaient pas que le dossier soit confié à la brigade, mais à la Section de recherches.’’

Mais dans cette affaire rocambolesque, les zones d’ombre sont multiples. Selon d’autres sources citées par le site Atlanticactu, le parquet réfute avoir donné un tel ordre à Niang. Le site de Pape Sané précise : “C’est le président de la République, lui-même, informé de la dernière tournure, qui a demandé au Garde des Sceaux les dessous de cette nième convocation. Il s’ensuivra un véritable jeu de yoyo à la suite duquel le parquet dira n’avoir été informé que sur le tard.’’ Mais si le commandant Niang a outrepassé ses prérogatives, pourquoi il n’a pas subi une sanction, au lieu d’être affecté à l’étranger ? Des questions qui ont encore besoin d’être clarifiées à travers une enquête indépendante.

Il faut souligner que l’adjudant Adama Niang a fait 21 ans de service. Il a eu à conduire pas mal de gros dossiers, dont l’arrestation de Boy Djinné en Gambie, l’affaire Boffa Bayottes en Casamance, l’assassinat du commandant Sané à Koumpentoum, entre autres.

Pour rappel, avant la gendarmerie, cette affaire a failli éclabousser la magistrature, où deux mastodontes, en l’occurrence l’ancien président de la Cour d’appel, Demba Kandji, et l’alors président du tribunal de commerce, se sont livrés à une bataille épique. Chacun donnant l’air d’avoir son favori dans ce combat sans merci entre le père Amadou Ba et son fils Khadim.