NETTALI.COM – Plus de 100 millions de vaccins contre le Covid-19 distribués dans le monde, et 70% d’Américains ayant reçu au moins une première dose: Joe Biden met en avant mardi son bilan sanitaire, pour reprendre la main face à la propagation rapide du variant Delta.

Dans un communiqué vantant la “générosité américaine”, la Maison Blanche a annoncé mardi que les Etats-Unis avaient fait don au monde de plus de vaccins que “tous les autres pays réunis”.

Dans un discours prévu à 15h45 à Washington (19h45 GMT), le président américain “va souligner (cet) aspect crucial de notre effort pour mettre fin à la pandémie de Covid-19: arrêter la propagation du virus à l’étranger”, fait savoir un responsable de la Maison Blanche.

Les Etats-Unis ont expédié 111.701.000 doses à plus de 60 pays, la majeure partie via l’initiative internationale Covax mais aussi en collaboration avec des partenaires tels que l’Union africaine ou CARICOM (Communauté des Caraïbes).

Dans le détail, les principaux bénéficiaires à ce jour sont l’Indonésie (8 millions de doses), les Philippines et la Colombie (6 millions de doses ou plus), ou encore le Vietnam, le Bangladesh, le Pakistan et l’Afrique du Sud (5 millions ou plus).

Ces dons “ne sont que le début”, selon le communiqué de la Maison Blanche.

Dès la fin du mois, les Etats-Unis vont ainsi commencer à expédier les 500 millions de doses du vaccin Pfizer qu’ils ont promises à 100 pays en voie de développement.

“Les Etats-Unis n’ont pas utilisé, et n’utiliseront pas leurs vaccins pour obtenir des faveurs d’autres Etats”, assure la Maison Blanche, à l’heure où la Chine ou la Russie sont régulièrement soupçonnées d’utiliser leurs propres distributions de vaccins à des fins diplomatiques.

– Google, Facebook, Disney –

Au niveau national, Joe Biden va une nouvelle fois marteler la nécessité pour les Américains de recevoir leurs doses, au moment où la campagne de vaccination accélère à nouveau, après avoir connu un creux au début de l’été.

Le président entend évoquer “les récentes initiatives du secteur privé pour assurer la sécurité des lieux de travail en imposant la vaccination; une tendance positive à l’accélération de la vaccination en particulier dans les régions à fort taux d’incidence; et le formidable effort des Américains au niveau local.”

De grandes entreprises telles que Disney, Google et Facebook, veulent obliger leurs employés à se faire vacciner.

Les Etats-Unis ont atteint lundi le taux de 70% d’adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid, près d’un mois après la date fixée par le président, qui espérait célébrer cette étape le 4 juillet, pour la fête nationale.

Mais le ralentissement de la campagne de vaccination, en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et celles issues de minorités ethniques, en a voulu autrement.

La tendance semble toutefois avoir changé ces dernières semaines, surtout dans les Etats les plus touchés.

Le président démocrate, dont le taux de popularité s’effritait ces derniers jours, tout en restant supérieur à 50%, a besoin de reprendre la main.

Il sort d’une semaine chahutée, marquée en particulier par de nouvelles recommandations des autorités sanitaires. Elles conseillent désormais aux Américains même vaccinés de remettre leur masque à l’intérieur, dans les zones où le virus circule fortement.

Au grand dam de certains élus de l’opposition républicaine, dont certains ont défié la semaine dernière, devant les caméras, l’obligation de porter le masque à la Chambre des représentants.

La Maison Blanche a aussi été critiquée, cette fois par la gauche du camp démocrate, pour n’avoir pas bien anticipé l’expiration samedi d’un moratoire sur les expulsions locatives. Des millions d’Américains pourraient se retrouver sans toit, en plein regain de la pandémie.

(avec AFP)