NETTALI.COM-Pour une blague, Fatou Faye a fait une balafre à  Adja Aicha Mbow qu’elle prenait pour une rivale. Le tribunal l’a condamné au suris. 

La dame Fatou Faye a comparu à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour détention illégale d’arme, menaces de violences et voies de fait et de coups et blessures volontaires. En effet, tout est parti d’une blague de la plaignante Adja Aicha Mbow qui lui a dit qu’elle serait la deuxième de Maguette Seck qui n’est personne d’autre que l’amant de Fatou Faye. Cette dernière a piqué une colère noire et attaqué celle qu’elle prenait pour sa rivale en lui donnant de violents coups. Bara Mbow et Seck sont intervenus pour les séparer et ont fait sortir F. Faye de l’atelier.

Non satisfaite, celle-ci y est revenue et s’est emparé d’un couteau et s’est, de nouveau, jetée sur son adversaire qui s’en est sortie avec une joue entaillée et des blessures à la main droite. Le certificat médical fait état d’une incapacité temporaire de travail de 16 jours. Dans les mêmes circonstances, F. Faye a menacé de la défigurer avant de la tuer. Elle a reconnu les faits en soutenant avoir agi sous le coup de la colère. Mais, elle dit regretter son acte. Également, elle a battu en brèche l’accusation selon laquelle elle détenait un couteau au moment des faits. Entendu à l’enquête, le témoin B. Mbow avait déclaré que la prévenue détenait un couteau et que c’est lui-même qui l’a arraché des mains de la dame. Ce que M. Seck avait confirmé devant les enquêteurs. Devant le prétoire, il a changé de fusil d’épaule.

L’avocat de la partie civile a réclamé 1 million de francs CFA pour réparation du préjudice subi.

Le parquet a requis un mois ferme.

La défense demandé la relaxe pour les délits de détention d’arme blanche et de menaces de violences et la clémence pour les coups et blessures volontaires.

Rendant sa sentence, le tribunal a infligé à la prévenue une peine d’un mois avec sursis et 300 000 francs à payer à la partie civile en guise de dommages et intérêts.