NETTALI.COM – Le projet de loi n°09/2021 portant loi de finances rectificative (LFR) pour l’année 2021 a été présenté jeudi par Abdoulaye Daouda Diallo, Ministre des Finances et du Budget. La loi, votée à une large majorité, affecte une allocation budgétaire de plus de 200milliards F CFA aux secteurs de l’emploi des jeunes, de la vaccination contre la Covid-19 et du secteur de l’énergie. Ainsi, le programme “Xeyu ndaw gni’’ (NDLR : emplois des jeunes) hérite de 150 milliards F Cfa.

 

Le projet de loi n°09/2021 portant loi de finances rectificative pour l’année 2021, présenté par le ministre des Finances et du Budget, a été adopté, hier, à une large majorité par l’hémicycle. Cette nouvelle loi de finances rectificative (LFR) doit prendre en charge de nouvelles dépenses, à hauteur de 200 milliards de F CFA, liées à l’emploi des jeunes, à l’achat de vaccins antiCovid-19 et au secteur de l’énergie.

Le Programme d’urgence pour l’emploi et l’insertion des jeunes “Xeyu ndaw gni’’ (NDLR : emplois des jeunes), avec un budget qui s’élève à 450 milliards F CFA repartis sur trois ans, a hérité d’une dotation de 150 milliards pour cette année. Les leviers du programme : création directe de l’emploi, aide à la création d’emplois privés et à l’insertion professionnelle, renforcement des capacités à l’apprentissage et la formation, promotion auto-emploi.

Cependant, les députés de l’opposition ont déploré la faiblesse de la somme allouée à ce programme chargé de résoudre la problématique de l’emploi des jeunes. “Je ne crois pas que 150 milliards puissent résoudre les problèmes d’emploi des jeunes. Cela me parait très pertinent. Je vous rappelle qu’on doit trouver des solutions pour ’emploi des jeunes qui constituent 65 % de la population’’, a déclaré Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, Coordonnateur départemental du parti Bokk Gis Gis de Mbacké.

Même son de cloche de son collègue Mamadou Lamine Diallo a souligné les limites de ce programme qui ne répond pas, selon lui, aux exigences d’une pleine employabilité des jeunes. “On a 200 000 jeunes qui intègrent, chaque année, le marché de l’emploi et votre programme ne vous garantit qu’entre 60 000 et 65 000 emplois pour les jeunes. Ce qui est loin du compte. Votre programme ne vous mènera nulle part et il est voué à l’échec. Je pense qu’il faut passer à l’industrialisation, pour résoudre ce problème d’emploi pour la jeunesse’’, croit savoir le président du mouvement Tekki.