NETTALI.COM – Le gouvernement allemand s’est engagé à accorder à l’Etat du Sénégal un financement non remboursable de treize milliards de francs Cfa destiné à financer la production de vaccins anti-Covid à Dakar, a appris l’APS de source officielle, jeudi.

Cet engagement a été officialisé par le ministre allemand de la Coopération et du Développement, Gerd Muller, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.

M. Muller a entamé le même jour dans la capitale sénégalaise une visite de 48 heures destinée entre autres à “soutenir” les réformes visant à créer de l’emploi” et à “promouvoir les investissements”.

“Le ministre allemand de Coopération et du Développement a pris l’engagement d’accorder au Sénégal, un financement, de 20 millions d’euros non remboursable, pour démarrer très bientôt, ici à Dakar, la production de vaccins anti Covid”, a ainsi déclaré Amadou Hott.

“Le gouvernement va tout faire pour que ce montant soit libéré dans les meilleurs délais afin de permettre à l’institut Pasteur, choisi par l’Union africaine pour produire ces vaccins, de pouvoir démarrer ses activités d’ici à l’année prochaine”, a fait savoir Amadou Hott.

 

Selon lui, ce financement initial de l’Allemagne va évoluer en fonction des besoins de ce projet de l’Institut Pasteur, piloté par le chef de l’Etat, Macky Sall qui a déjà reçu l’onction de la France, des Etats-Unis et d’autres partenaires tels que la Banque Mondiale.

 

“Il s’agira de produire des vaccins de bonne qualité, moins chers, made in Sénégal pour tout le continent d’une manière”, a-t-il soutenu.

 

“Et pour donner plus de confiance aux autres pays, le gouvernement allemand s’engage d’ores et déjà, à s’approvisionner, en partie à Dakar, pour sa campagne de vaccination nationale”, a-t-il indiqué.

 

De son côté, le ministre allemand a soutenu que le gouvernement allemand “déploiera tous les moyens pour promouvoir l’investissement privé au Sénégal, terre d’accueil très propice qui remplit toutes les conditions pour faire de bonnes affaires”.

 

“C’est pour cette raison d’ailleurs, au-delà de ces 20 millions d’euros destinés à la production de vaccins, nous allons également procéder à la réalisation d’autres infrastructures sanitaires, sociales et économiques”, a-t-il fait savoir.

Auparavant, les deux hommes avaient procédé à la signature d’un protocole d’accord renforçant la coopération entre les deux pays dans les domaines de la formation, la jeunesse, le développement industriel et le changement climatique, entre autres.