NETTALI.COM  – Le président de la République séjourne dans le Nord du pays depuis le week-end dernier. Et partout Macky Sall est accueilli en grande pompe. Sauf que derrière les inaugurations et les foules, se cache une réalité bien plus triste et bien exprimée par les populations du Fouta.

Dans le Nord du pays depuis samedi dernier, Macky Sall enchaîne inaugurations, poses de première pierre et meetings. Partout ce sont des foules immenses qui se mobilisent pour lui réserver un accueil digne de son rang. Aux anges, les responsables locaux de l’Alliance pour la république (Apr) ont sorti l’artillerie lourde pour chanter les louanges de leur champion. Il faut dire qu’ils ne manquent pas de raisons de porter Macky Sall en triomphe.

Le président de la République a en effet réussi de grandes réalisations dans le Fouta. Dans le département de Podor par exemple, le chef de l’Etat a inauguré plusieurs infrastructures routières et électriques. On peut citer notamment l’Espace numérique ouvert (Eno) de l’Université virtuelle de la commune de Podor, le lancement des travaux de la route Diattar-Halwar, ceux de la dorsale électrique Linguère-Ndioum qui va permettre l’électrification de 37 villages dans les régions de Louga et de Saint-Louis.

A Matam où il a présidé un “Conseil présidentiel territorialisé”, Macky Sall a indiqué que pas moins de 253 milliards de francs Cfa ont été injectés dans la région depuis 2013. Il a aussi promis un programme d’insertion socio-économique et pour l’emploi des jeunes dont le coût est estimé à 450 milliards de francs Cfa. Mais ça, c’est le côté positif de la tournée dite économique du président de la République. Car il y a bien l’envers du décor, ce côté de la visite de Macky Sall que la presse nationale a occultée. Enfin presque. Pourtant, il suffit de faire un tour sur les réseaux sociaux pour se rendre compte qu’à côté des foules, il y a une vague de contestations dans plusieurs localités du Fouta. Des jeunes sont en effet sortis arborant des brassards rouges pour exprimer leur colère. Certains d’entre eux ont même dû se frotter aux gras bras du cortège présidentiel. A Ourossogui, des nervis ont été mobilisés pour veiller sur les affiches géantes du chef de l’Apr. Même Ndouloumadji, le village de Macky Sall, n’a pas été épargné. Des jeunes se sont même attaqués à une villa présentée comme celle du Président Sall. Des trains qui n’arrivent pas à l’heure, mais qui ne semblent pas trop intéresser la presse. Les chaînes de télévision du public comme du privé se contentant de publi-reportages sur les infrastructures réceptionnées par le président de la République.

En outre, des responsables de la mouvance présidentielle s’accusent d’avoir importé des militants de Dakar pour impressionner le chef de l’Etat. A Podor, Mamadou Racine Sy accuse Aïssata Tall Sall d’avoir déplacé 72 bus remplis de jeunes payés et nourris. Des jeunes qui disent avoir reçu entre 10 et 25 mille francs pour rallier le Fouta et applaudir Macky Sall. Des jeunes qui n’auront pas réussi à masquer cette autre réalité du Fouta présenté comme le “titre foncier”, mais où une forte contestation commence à gronder. D’où le slogan “Fouta tempi”.