NETTALI.COM – Dimanche soir, le nombre de morts par noyade entre les plages de Malika, Gadaye et Malibu n’était pas officiellement connu. Le chiffre provisoire est connu : 9morts. Un nouveau corps a échoué, hier, sur la plage de Malibu, à Guédiawaye. Ils sont tous identifiés. Les autorités annoncent de nouvelles mesures pour la surveillance des plages interdites.

 

Neuf jeunes sont morts par noyade dimanche après-midi. Certains corps ont pu être repêchés au large de Malika, d’autres ont échoué entre Malibu et Gadaye. Au total, sur tout le littoral, il y a eu 13 cas de noyade qui ont été enregistrés. Les services de défense, de concert avec les agents de la brigade nationale des sapeurs-pompiers, ont pu intervenir, dans certains cas, à temps. A Malika, il y a eu cinq corps sans vie qui ont été repêchés, quatre personnes sauvées (trois d’entre elles sont rentrées chez elles et la dernière est en observation au niveau du centre de santé de Keur Massar). A Guédiawaye, plus précisément à la plage de Malibu, un corps sans vie a échoué sur la plage. Il s’agit d’Assane Fall, âgé de 24 ans et habitant à la cité Icotaf de Pikine. Sa dépouille a été découverte hier en début de matinée. Vers 22 h hier, un autre corps a échoué sur la même plage. Il n’est pas encore identifié.

A la plage de Gadaye, il est décompté deux morts dont leur âge est compris entre 27 et 30 ans. Ils ne sont toujours pas identifiés.

Selon nos informations, les cinq corps sans vie par noyade à la plage de Malika, ont tous été identifiés. Il s’agit de Manirou Niang, un élève de 16 ans habitant Keur Massar ; Pape Diallo Sarr, un élève de 14 ans ; Pape Diop, âgé de 20 ans, receveur de Tata résidant à la cité MTOA de Keur Massar ; Sidy Wilane, né en 1999 et domicilié à la cité Sonatel de Malika. La cinquième victime, renseignent nos interlocuteurs, s’appelle Abdou-laye Diagne, sans aucune autre précision.

Les mesures prises par les autorités

Pour le préfet de Pikine, ce qui s’est passé est regrettable. Le “bilan est lourd’’, a-t-il apprécié. On pouvait pourtant, selon lui, éviter ce qui s’est passé, étant donné que cette plage est interdite à la baignade.

Selon Mamadou M. Ndiaye, c’est d’ailleurs tout le littoral de Yoff jusqu’à Guédiawaye qui est concernée. “Nous faisons beaucoup dans la sensibilisation. Malheureusement, il y en a parmi les jeunes qui continuent d’ignorer les appels et les alertes que nous leur lançons. Nous avons un dispositif qui est là. Chaque année, à l’approche de l’hivernage, nous tenons des réunions et des comités départementaux de développement autour des autorités administratives pour peaufiner une stratégie et une démarche, mais également pour arrêter les mesures idoines à prendre pour mieux prévenir ces cas de noyade. Il sera aussi question de corser le dispositif de surveillance et de prévention à travers des patrouilles des forces de défense et de sécurité. Mais avec la longueur de ce littoral, vous conviendrez avec moi qu’il ne servirait à rien d’avoir des postes fixes’’, a indiqué M. Ndiaye.

Selon lui, ce dispositif qui a toujours existé sera renforcé durant cet été pour qu’on ne puisse plus enregistrer des cas de noyade de ce genre. Mais toujours est-il que chaque Sénégalais doit y mettre du sien, en essayant de dissuader ses proches à fréquenter de telles plages. “Nous allons aussi lancer un appel aux collectivités locales pour continuer à accompagner les autorités, en recrutant des maitres-nageurs, des équipes de sauvetage et de secours pour parer aux éventuels dangers auxquels les enfants sont exposés. Dès que ces morts ont été annoncés, on a décidé de programmer, la semaine prochaine, autour du gouverneur, une réunion régionale sur la question des noyades, de la préparation de la saison hivernale. Il sera question de prendre en charge, avec le gouverneur, toutes les forces de sécurité et de défense, au niveau local, les dispositions habituelles qu’on arrêtait pour pouvoir prévenir efficacement ces cas de noyade’’, a promis l’exécutif local.

(Avec Enquête)