NETTALI.COM – Le dossier d’évasion de Baye Modou Fall alias Boy Djiné vient de boucler son premier chapitre judiciaire, avec l’inculpation et le placement sous mandat de dépôt de toutes les personnes impliquées dans la cause.

Hier,  dans l’intimité de son bureau, le juge d’instruction du 8ème cabinet a, tour à tour, entendu les mis en cause dans cette rocambolesque affaire d’évasion de Baye Modou Fall alias «Boy Djiné» du Secteur de Haute Sécurité (Shs) de Liberté 6. Le magistrat instructeur, Mamadou Seck, à la demande des concernés, avait renvoyé ce face à face précédemment prévu le mercredi au lendemain. Hier, jeudi 10 juin 2021, il les a inculpés et placés sous mandat de dépôt. Chacun, selon les charges retenues à son encontre. L’association de malfaiteurs retenue pour tous, le juge a ajouté l’évasion pour Baye Modou Fall, la complicité d’évasion pour les trois gardes I. Diop, A. Ndong et D. Ciss, l’entrave à l’administration de la justice pour la demoiselle G. Diaw, D. Sy et Cheikh.

Une décision, véritable coup de massue pour la famille de l’administration pénitentiaire qui voit trois (3) de ses enfants se retrouver en prison, après des années à garder malfaiteurs et brigands. Pourtant, selon une source judiciaire qui a eu à être en contact avec eux au camp pénal, ces gardes ont toujours été rigoureux.

Boy Djiné au juge : «Je ne me prononcerai qu’au procès»

A ceux qui pensent que c’est “Boy Djinné” qui a balancé les gardes, une source rétablit la vérité. «Il n’a cité personne. Il a gardé le silence durant toute l’enquête. Face aux magistrats instructeurs, il a reconnu le délit d’évasion qui lui est reproché.» Quid des raisons qui l’ont poussé à commettre cette infraction, il dira au juge : «Je m’abstiens de toute déclaration. J’attends le procès pour livrer les raisons de ma décision d’évasion. Je ne parlerai qu’au procès».

Seulement, son évasion, a de terribles dégâts collatéraux. En plus du suicide de son ami Abdou Faye qui, informe un juriste proche de la procédure, aurait dit «avoir attaché la corde au poteau ayant permis à Baye Modou de sortir de prison», il y a le cas de G. Diaw. Le sort de cette demoiselle, dont le seul tort aurait été d’avoir envoyé la somme de 60 mille Francs Cfa à son ami Abdou Faye, a aussi ému plus d’un. Elle, qui ne cesse de pleurer depuis son arrestation, s’est effondrée de sanglots quand elle a appris le suicide de son pote. Les yeux gorgés de sang à force d’avoir pleuré, le triste sort de la restauratrice qui a son business au garage «Beaux Maraîcherx de Dakar” suscite de la compassion pour les acteurs de la justice et habitués du palais de justice.