NETTALI.COM- Lors de la cérémonie de remise de diplômes aux sortants de la 48ème promotion du Cesti, le ministre de la Communication a réaffirmé la volonté de l’Etat d’assainir la presse.

L’État va prendre toutes les dispositions pour aider à assainir votre métier. Mais vous devez aider aussi l’Etat.  Le crédit de votre métier est de la responsabilité de tous“, a déclaré le ministre Abdoulaye Diop, à  l’endroit des 25 nouveaux journalistes sortis de la 48ème promotion du Cesti.

Le professeur Amadou Gallo Diop représentant du ministre de l’Enseignement supérieur d’embrayer : ” la profession est décriée parce que certains pourraient en oublier les fondamentaux. C’est le risque d’infiltration par des non journaliste de votre noble profession. Les premiers réseaux et les premiers facteurs d’assainissement de votre profession sont d’abord entre vos propres mains par un travail d’excellence, un travail de qualité. Restez curieux de tout car c’est la première qualité du journaliste. Soyez exigeants vis-à-vis de vous-même”.

Par ailleurs, le ministre de la Culture et de la Communication a invité les impétrants au respect de l’éthique et de la déontologie. ” Dans un environnement fragilisé aujourd’hui, vous devez chaque fois poser la bonne question quand vous devez écrire ou prendre le micro : quel est l’intérêt pour ma communauté ? Quel est l’intérêt pour protéger encore nos pays ? Le vivre ensemble”, conseille-t-il.

Le Recteur  Amadou Aly Mbaye a abondé dans le même sens. ” Dans votre pratique,  vous êtes observés et jugés par les populations. Vous êtes invités à faire du viatique qui a été exprimé concernant ce qui vous attend, notamment le respect des piliers du journalisme”, exhorte-t-il.

C’est pourquoi le journaliste formateur, Ibrahima Bakhoum a invité ses jeunes confrères à suivre la voie de leur parrain, Saliou Traoré, ancien journaliste à l’APS et chef du Bureau de l’Agence espagnole de presse en Afrique de l’Ouest, décédé en 2018. “Au velours, préférez la valeur. Rendez votre parrain fier de vous pour que votre promotion mérite de s’appeler Saliou Traoré” dit-il.

Cheikh Traoré représentant la famille du parrain, a rappelé les valeurs incarnées par leur parrain. ” Il a su échapper à la flagornerie et à la corruption. Peu importait, il faisait son travail sans rien attendre de qui que ce soit, hors mis la juste rémunération. Un esprit libre de ses propos, de ses engagements mais fidèle. La recherche sans relâche de la vérité. Il restait fidèle à l’authenticité des faits.  L’on ne saurait acheter Saliou ni le faire taire par un Baillot d’argent. Un homme d’une honnêteté remarquable, d’une loyauté à toute épreuve“, loue-t-il.

En effet,  selon le Pr Gallo Diop, l’absence d’éthique doit être proscrite dans la pratique journalistique. ” Les journalistes s’il respectent les piliers qui régissent leur profession, l’éthique et la déontologie, contribueront à doter notre société d’une presse digne et crédible“, dit-il.

Et d’ajouter: ” la vie professionnelle qui vous attend sera encore plus exigeante et d’autant plus que le contexte sanitaire que nous vivons a bouleversé le secteur des médias. Nous avons besoin de beaucoup de journalistes qui vont se spécialiser pour la problématique“.

Face à ces menaces qui pèsent sur le secteur de la presse, Mamadou Ndiaye, Directeur du Cesti a invité à la solidarité et au renforcement des moyens du Cesti.