NETTALI.COM – Baye Modou Fall alias «Boy Djiné» a été arrêté avec ses acolytes, jeudi 3 juin, aux environs de 12 heures, à l’entrée de la commune de Missirah, dans le département de Tambacounda, par des éléments de la Légion Est de la Gendarmerie territoriale. L’As des évasions au Sénégal était recherché par les Forces de l’ordre et de sécurité, depuis sa fuite de la très sécurisée prison du Camp pénal de Liberté 6 de Dakar. 

Quand Baye Modou Fall alias «Boy Djiné» (le jeune djinn) expliquait dans un entretien à la télévision privée iTV être toujours présent au Sénégal et qu’il serait même prêt à se présenter au tribunal, au début de son procès, il cherchait à semer les flics. En réalité, le célèbre as des évasions qui avait réussi à s’échapper du quartier haute sécurité de la prison du Camp pénal de Liberté 6 de Dakar, le 30 mai 2021, tentait (encore) de sortir du territoire national, comme lors de sa onzième évasion. Mais si pour sa onzième, le Michel J. Scofield (héros de la série télévisée “Prison Break”) sénégalais a été arrêté à Kalifourou dans la région de Kolda, le mardi 05 juillet 2016 par la Police des frontières, cette fois-ci, il a été alpagué avec ses acolytes dans la commune de Missirah, à 33 kilomètres de Tambacounda. L’évadé et ses complices voulaient franchir la frontière sénégalo-malienne pour se rendre en Côte d’Ivoire, selon les premiers éléments de l’enquête. Plusieurs fois arrêté pour «vol en réunion avec usage d’armes» ou «association de malfaiteurs», «Boy Djiné» expliquait que sa fuite ne serait qu’une protestation contre les «lenteurs» de son «dossier», et non un acte de «sabotage» ou l’expression d’une «peur de la prison». Cet homme gringalet de 32 ans justifiait son évasion comme une «liberté provisoire forcée» qui lui paraissait légitime. Il est désormais sous le coup d’un nouveau délit, dont la sanction peut aller jusqu’à 4 ans d’emprisonnement. Son plan bien réfléchi qui consistait à quitter encore une fois le pays, n’a pas marché.

Il s’était réfugié à Keur Massar

Le 2 juin, Baye Modou Fall, Dame Sy, l’homme aux longues dreadlocks en provenance de la Côte d’Ivoire, ainsi que Cheikh Ndiaye et Abdou Faye quittent Keur Mbaye Fall, la banlieue dakaroise, à bord d’un véhicule de marque Ford et de couleur blanche. La moto de marque T-Max dirigeait le cortège et servait en même temps, d’éclaireur à la bande, en destination de Tambacounda pour rallier le territoire malien, avant de fouler le sol de Côte d’Ivoire. Tout était calculé au millimètre près. Sans fausse note. De Dakar à Tamba, «Boy Djiné» et Cie avaient contourné les check-points érigés un peu partout sur les routes nationales. C’est ainsi qu’ils réussiront à quitter la capitale sénégalaise, avant de fouler la terre de Tambacounda. Et c’est là, précisément dans la commune de Missirah, à 33 kilomètres de la capitale régionale, qu’ils vont tomber, entre les mains des hommes du Colonel Davy Mané, Commandant la Légion Est de la Gendarmerie territoriale.

Depuis l’évasion de «Boy Djiné» au Camp pénal de Liberté 6 de Dakar, limiers et hommes en bleu étaient à ses trousses. Ils avaient maillé le territoire national. La méthode s’avérera payante. Informés à temps d’une éventuelle arrivée de la bande de Baye Modou Fall, en provenance de Keur Mbaye Fall, les hommes du Colonel Mané vont dérouler le rouleau compresseur pour leur mettre le grappin dessus. Sur consigne, tous les axes stratégiques sont mis sous surveillance par des gendarmes en civil. Le Colonel Mané détaille la stratégie : «On nous a donné des renseignements plus précis sur la présence de Baye Modou Fall sur un des deux axes : la RN1 Tamba – Kédougou et probablement sur l’axe Tamba – Kidira. Et qu’il serait à bord d’un véhicule particulier qui est précédé d’une moto T-Max. Quand nous avons fait nos recoupements avec nos patrouilleurs, ils ont dit qu’effectivement, ils ont aperçu la moto. Aussitôt, ils se sont mis à sa poursuite et l’ont trouvée à l’entrée de Missirah, en train de prendre du carburant. Le véhicule qui le transportait avait fait demi-tour pour voir pourquoi la moto s’est arrêtée. Mais Boy Djiné a eu le temps de descendre de la voiture. Les gendarmes ont interpellé le chauffeur qui était avec un autre. Quand les éléments ont fouillé le véhicule, ils ont retrouvé des effets personnels, notamment la tenue vestimentaire que Boy Djiné avait portée lorsqu’il faisait sa sortie dans la presse (interview accordée à iTV : Ndr). Quand les gendarmes ont poussé les interrogations, ils se sont rendu compte que Boy Djiné était dans les parages. C’est après que les éléments qui étaient postés à l’entrée de Missirah l’ont aperçu en train de prendre la fuite. Ils se sont mis à ses trousses. Et après une course-poursuite d’environ 500 mètres dans la brousse, ils l’ont rattrapé.» Mais avant sa capture, «Boy Djiné» a jeté un de ses téléphones portables par terre avant de l’écraser.

Il écrase l’un de ses téléphones pour protéger ses complices

Après le marathon, les gendarmes sont parvenus à mettre la main sur les quatre téléphones de marque Ipad de «Boy Djiné». Ils ont trouvé près de 2 millions de FCFA par devers lui. Pris, Baye Modou Fall et Cie sont conduits manu militari à la Légion Est de la Gendarmerie de Tamba. Sur place, les pandores perquisitionnent de fond en comble le véhicule de marque Ford. Trois valises remplies d’habits de toutes sortes (Vestes, Tee-shirts, Jeans, Super cent et des chaussures de marque) et des arrache-clous ont été découverts dans la malle arrière.

C’est après que les gendarmes l’ont descendu du véhicule 4X4 de la Brigade routière que Baye Modou Fall, vêtu d’un Tee-shirt blanc et d’un pantalon jean, visiblement affecté par son arrestation, a demandé aux journalistes de s’approcher pour qu’il puisse véhiculer son message à l’endroit des plus hautes autorités du pays. «Je veux parler aux journalistes», dit-il. Malgré le refus des pandores, Baye Modou Fall a réussi à balancer quelques mots à l’endroit des journalistes en ces termes : «Si je me suis évadé, c’est parce que je veux dénoncer une injustice qui n’a que trop duré», vocifère-t-il haut. Un geste qui a indisposé les pandores de Tamba qui ont crié sur lui, avant de l’introduire à l’intérieur de la Légion de la Gendarmerie. Sur place, Baye Modou Fall et ses acolytes sont surveillés comme du lait sur le feu.

La nouvelle du transfèrement de «Boy Djiné» à la légion s’est répandue comme une traînée de poudre à Tamba. Cela a occasionné un déferlement de jeunes et femmes venus aux nouvelles. Après plusieurs heures, Baye Modou et Cie sont conduits dans les locaux de la Brigade de recherches, pour un éventuel transfert à Kaolack. Où ils devraient croiser des agents de la Section de recherches de Dakar qui avaient déjà fait mouvement vers Kaolack pour les récupérer. Et c’est vers 16 heures que les gendarmes vont envoyer les gros «colis» vers Kaolack pour ensuite rejoindre Dakar. D’où étaient partis les «fugitifs». Ainsi prend fin le film de la cavale de l’As des évasions au Sénégal.