NETTALI.COM – L’équipe nationale du Sénégal va livrer deux matchs amicaux les 5 et 8 juin au stade Lat Dior de Thiès. Face à la presse ce mardi, le sélectionneur national est revenu la composition de cette liste de 26 Lions, le choix des adversaires, l’absence de certains joueurs, le nouveau système de jeu (3-5-2) entre autres points.

Le choix des deux des adversaires

Ce sont des profils assez réfléchis, c’est ne pas un hasard. La Zambie est une équipe assez joueuse qui est en reconstruction, ils ont un voire deux garçons intéressants dont Patson Daka qui, cette saison a marqué

plus de 30 buts avec le RB Salzburg (34 buts, ndlr). Il est très intéressant, pour moi c’est un futur ballon d’or africain. De plus, je connais l’entraineur de la Zambie, il était auparavant coach de l’Ouganda.

Concernant le Cap-Vert, c’est une vielle connaissance, nous les avons joué par deux fois lors des matchs de qualifications pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Entre temps, beaucoup de choses se sont passées, ils ont changé de staff et d’entraineur, la stratégie a également changé. Ce sera intéressant de les rencontrer chez nous. Mais quoi qu’il en puisse être, j’ai pas envie de dire que les adversaires ne sont pas intéressants. Nous devons nous concentrer sur ce que nous sommes en train de faire, c’est à dire donner la possibilité à de certains garçons de jouer.

L’enjeu de ces deux rencontres

Une équipe de football doit progresser à chaque instant. Souvent il nous arrive de nous qualifier pour la Coupe d’Afrique au bout de trois voire quatre journées, cela nous emmène parfois à changer de stratégie, emmener d’autres joueurs … La plupart des joueurs qui sont dans cette liste ont l’habitude d’être appelés. La plupart des équipes qui jouent contre le Sénégal évoluent avec un système très bas. Que ce soit sur le plan offensif ou défensif, nos animations seront importantes.

L’ossature de l’équipe depuis six ans

(Rires) Vous devriez regarder et analyser cette équipe. Parfois il m’arrive de lire les journaux et un jour j’ai lu un journaliste écrire que j’ai utilisé 106 ou 103 joueurs depuis mon arrivée, je ne sais pas le nombre exact. Mais quand vous parlez d’ossature, j’ai vraiment envie de vous dire que depuis trois ou quatre ans, l’ossature est bien là (il se répète). C’est des garçons comme Edouard Mendy, Alfred Gomis, Youssouf Sabaly, Kalidou Koulibaly, Lamine Gassama etc.

Il faut essayer de regarder sur nos compositions d’équipes, tant que nos joueurs cadres sont à 100% ou ne sont pas suspendus, ils sont présents. Par contre dans une équipe, il y a des portes d’entrée et de sortie. Si je gardais la même équipe depuis 6 ans, vous allez me taper dessus. Dès lors que nous sommes qualifiés au bout de quatre journées, je pense que ce serait logique d’emmener d’autres joueurs.

Le 3-5-2

Qui dit changement de joueurs, dit également changement de système. Etre footballeurs professionnels, ce n’est pas de jouer dans un seul système, on peut parle du système mais les personnes qui ont l’animation de ce système ce sont les joueurs, on doit les aider à mieux animer ce système. Le 3-5-2 est une option, ça varie à un moment donné dans un cours de match. Mon travail c’est d’emmener de nouvelles choses.

Il est vrai que nous n’avons pas gagner nos deux derniers matchs, mais nous ne les avons pas perdu également. On a construit une équipe où partout dans le monde les gens nous envient, notre seul et unique intérêt c’est de travailler pour emmener l’Equipe Nationale du Sénégal de l’avant. Nous concentrer à travailler pour que le Sénégal emmène la Coupe d’Afrique au Sénégal. On a jamais été plus proche de gagner la CAN.

Faible présence des joueurs locaux

C’est un débat sans fin, cette question reviendra tout le temps, je comprends pas d’ailleurs. Je peux vous dire que je suis le sélectionneur du Sénégal ayant pris le plus de joueurs locaux. Des garçons comme Moussa Wagué, Adama Mbengue, Arial Mendy, Pape Seydou Ndiaye, Ismaila Sarr, c’est moi qui les ai sélectionnés. Nous sommes en train de travailler également pour améliorer le niveau des U20, U23 …

Je connais très bien les joueurs locaux, j’en profite d’ailleurs pour féliciter le Jaraaf pour son beau parcours en Coupe CAF, cela prouve que nous sommes en progression. Il y aucune discrimination entre les joueurs locaux ou les binationaux. L’équipe nationale appartient à tout le monde, mais il faut qu’il ait des joueurs capables d’apporter plus que ceux qui sont là.

Un mal dans la Tanière ?

Cela fait plus de six ans que nous vivons ensemble. La vérité est que si nous devons livrer nos raisons, nous le ferons, sinon il y a aucun problème dans la Tanière. Dans chaque équipe dans le monde, il y a des problèmes, mais le plus important c’est de régler ensemble ces problèmes. Nous allons continuer à travailler et je vous demande de nous transmettre votre énergie.

La non sélection de Mbaye Niang

Que ce soit lui, Pape Aliou Ndiaye ou Kara Mbodji, je peux dire que le Championnat d’Arabie Saoudite et celui ndu Qatar sont en train de progresser. Nous les surveillons tous, mais il faut qu’on se dise la vérité car la plupart des joueurs qui s’exilent là bas, privilégient l’aspect financier ou se trouvent en fin de contrat. Ce que je veux personnellement, c’est de voir nos joueurs évoluer dans des Championnats relevés. Cela me fait une grande fierté de voir certains de nos joueurs préparer une finale de Ligue des Champions.

L’absence d’Abdallah Sima

Au profil des joueurs incertains, il y a Habib Diallo qui a quelques problèmes avec son genou malgré qu’il ait joué le dernier match avec son équipe qui jouait son maintien. Il sera là pour constater sa blessure. A son poste nous sommes entrain de voir. Un joueur comme Sima ( Abdallah) que je connais déjà,que j’ai envie de voir sur ces genres de rencontres pourrait être là. Il était venu, effectivement, au mois de mars, mais nous l’avons jamais fait jouer à son vrai poste du fait qu’on avait changé de tactique (3-5-2). Ce qui avait d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre. Et je pense que c’est important aussi de le faire revenir.