NETTALI.COM – Des juristes sénégalais avocats et magistrats seront formés, du 17 au 19 mai sur le droit international. L’objet de la formation est de permettre à ces praticiens du droit d’être familiarisés avec les normes internationales qui sont, aujourd’hui, de plus en plus nombreuses et qui doivent recevoir application dans l’ordre interne.

« Pour une meilleure application de ces textes, nous qui sommes les acteurs, qui doivons appliquer ces textes-là, nous avons besoin d’une formation continue », a déclaré le premier président de la Cour suprême, Cheikh Tidiane Coulibaly. Selon lui, l’objectif de cette formation est de faire en sorte que les acteurs que sont les magistrats et les avocats puissent être de plus en plus familiarisés avec ces normes pour une meilleure justice qui garantit un Etat de droit. « On ne peut pas concevoir une justice sans une formation continue », a ajouté le Premier président de la Cour suprême.

Le bâtonnier de l’ordre des avocats a abondé dans le même sens. D’après Me Papa Leyti Ndiaye, les avocats sont toujours preneurs de ce qu’on appelle la formation continue. « C’est devenu une obligation chez nous. Les textes qui nous régissent nous obligent à nous former de façon continue. Une carrière d’avocat se bâtit autour de connaissances que vous acquerrez tous les jours. Ça nous permet d’être toujours en phase avec les textes. Les acteurs eux-mêmes peuvent avoir besoin d’être au diapason de la loi. On n’a pas besoin de noter des manquements ou des carences pour justifier une formation. Être compétent, c’est être à jour de ses compétences. Il y a une diarrhée législative, une floraison de conventions internationales, des pactes internationaux que nous devons connaitre », explique-t-il.