NETTALI. COM-Le président de l’ASC Espoir de Pikine, Mouhamed Alassane Anne encourt 3 ans d’emprisonnement ferme. Il a été jugé hier à la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour escroquerie portant sur 161 millions de francs Cfa au préjudice de 171 revendeurs de Orange Money.

Il peut être dépeint comme un as des systèmes informatiques si les faits qui lui sont reprochés sont avérés. Lui, c’est président de l’Asc Espoir de Pikine, Mouhamed Alassane Anne, attrait à la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour une kyrielle d’infractions. Il est poursuivi pour accès frauduleux dans un système informatique, obtention indue davantage par introduction frauduleuse dans un système informatique et escroquerie. Autrement dit il est accusé d’avoir effectué, 763 opérations frauduleuses qui lui ont permis durant trois ans, de dépouiller la somme de 161 millions de FCFA à 171 distributeurs de Orange Money.

Des faits qu’il a battus en brèche devant le prétoire en soutenant qu’il a été arrêté parce qu’il apparaissait dans une vidéo. Mais, il n’a eu aucune chance de convaincre le tribunal devant les explications de Abdoulaye Diack Sall, représentant de la Sonatel au procès. Selon ce dernier, la stratégie du prévenu consistait à faire un envoi portant sur une somme importante. Et on ne sait par quelle alchimie mais, il réussissait à obtenir le code. Après l’obtention du code, il revenait pour faire une nouvelle opération et en profitait pour modifier les montants déclarés. A l’en croire, le prévenu a utilisé plusieurs numéros mais après chaque dépôt, il prenait le soin de détruire la puce. Son numéro personnel était localisé aux endroits où ont eu lieu les arnaques.

D’après l’avocat de la Sonatel, Me Moulaye Kane, le prévenu a été identifié  grâce aux caméras de surveillance d’une des victimes. Il a ajouté que Mouhamed Abdoulaye Anne n’a pas remboursé sous la pression mais que ce sont les montants qu’il a reconnus à la Section de recherches. Pour le préjudice, il a réclamé 50 millions de FCFA

Le parquet a requis trois ans ferme. Là où l’avocat de la défense a plaidé la relaxe. Le tribunal rend le jugement le 24 mars prochain.