NETTALI.NET – Le tribunal correctionnel de Dakar a jugé ce jeudi, l’affaire des deux fidèles, mouride et tidiane, qui avaient proféré des injures à l’endroit de ces deux confréries et leurs guides.  Les deux prévenus, Pape Mamadou Seck et Mamadou Moustapha Diakhaté, encourent une peine de 2 ans dont 6 mois ferme.

Les deux prévenus  seront édifiés sur leur sort le 9 mai prochain. Ils restent en prison jusqu’au jour du délibéré, car le tribunal a rejeté la demande de liberté provisoire de leurs avocats.

Tous les deux ont été arrêtés suite à une plainte déposée l 4 juillet 2018 par Serigne Saliou Guèye et Abdou Khadre Guèye. Ces derniers dénonçaient à la Division spéciale de cyber sécurité de la Division des investigations criminelles des faits d’outrage à un ministère du culte et d’insultes commis par le biais d’un système informatique envers une personne en raison de son appartenance à un groupe qui se caractérise par l’ascendance, la religion ou envers un groupe de personnes qui se distinguent par ces caractéristiques.

Entendus, les plaignants désignaient Pape Mamadou Seck, auteur présumé des faits, en précisant qu’à la date du 30 juin 2018, utilisant le profil facebook « Serigne Bass Fall », ce dernier avait publié des photos de Serigne Touba, Serigne Saliou et Serigne Mountakha. Ils précisaient que les textes contenaient des messages injurieux et diffamatoires à l’endroit de ces guides religieux et envers la communauté mouride.

Lorsqu’il a été entendu, Pape M. Seck a avoué  avoir agi ainsi pour répondre aux propos injurieux de Mamadou M. Diakhaté tenus à l’endroit de Serigne Mbaye Sy Mansour. Les policiers ont découvert que le sieur Seck est un fidèle tidiane et a un autre compte avec comme profil « Sopey Maodo Sy ».

Arrêté avec l’appui du commissariat de Mbacké, Diakhaté a reconnu avoir tenu de tels propos en réaction à une sortie du Khalife général des tidianes sur l’allégeance de Idrissa Seck à la confrérie mouride. Le maitre coranique a confié avoir fait une vidéo de six minutes qu’il a fait poster par le biais de son frère.

Face aux juges, les prévenus ont reconnu les faits et ont présenté leurs regrets. D’ailleurs, ils ont promis d’être des ambassadeurs auprès de la jeunesse pour  sensibiliser sur les dangers du net.

Le président Magatte Diop n’a pas manqué de les sermonner par rapport à leur comportement. Un comportement regretté par leurs avocats qui ont sollicité la clémence du tribunal.