NETTALI.COM – La commission ad hoc pour la levée de l’immunité parlementaire d’Ousmane Sonko a transmis le dossier du leader de Pastef afin que celui-ci soit vidé en séance plénière.

L’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko va t-elle être levée ou pas ? Nous ne saurions le dire pour le moment. Toujours est-il que la commission ad hoc  de l’Assemblée nationale a fini par envoyer l’affaire en séance plénière. Cela, malgré le refus du leader des « patriotes » de déférer à la convocation de ses collègues et la démission des députés Cheikh Bamba Dièye et Moustapha Guirassy de l’opposition parlementaire.

A noter que vendredi, un gendarme de l’Assemblée nationale s’était présenté au domicile d’Ousmane Sonko dans le but de lui remettre une convocation afin qu’ils se présente ce lundi 22 février à la commission ad hoc de l’Assemblée. Seulement le leader de Pastef avait éconduit le gendarme.

Selon les représentants de l’opposition et des non-alignés, alors que les discussions entre les différents pôles ont à peine débuté, ce vendredi, la majorité s’est défilée en catimini pour aller servir une convocation à l’opposant. Une situation que Moustapha Guirassy, représentant de l’opposition n’avait pas manqué de fustiger en ces termes : “Le comble est qu’au moment où nous étions en commission, sans que les travaux ne se terminent, ils ont envoyé un gendarme déposer une convocation chez Ousmane Sonko pour qu’il vienne répondre lundi. Cela montre que la mise en place de cette commission est une mascarade pour faire croire que les choses se font dans les règles, alors que c’est faux”,

Pour le membre du groupe parlementaire Liberté et démocratie, il s’agit d’un scandaleux manque de respect aux commissaires qui, venus de bonne foi participer aux travaux de la commission, ont été trompés. Heureusement, révèle-t-il, bien au fait de ses droits et de sa position, “Ousmane Sonko a éconduit le gendarme”.

Pour rappel, Adji Sarr, une employée d’un salon de beauté et de massage situé à Dakar, a déposé auprès de la section judiciaire de la Gendarmerie une plainte contre le parlementaire et leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef).

La jeune femme déclare avoir été victime de ‘’viols répétés’’ et de ‘’menaces de mort’’ dont le député, candidat à l’élection présidentielle de 2019, serait l’auteur.