NETTALI.COM – Ismaël Madior Fall a semble-t-il lui, repris du service. Mais avec un statut bien différent cette fois-ci. De tailleur constitutionnel, il est passé à sondeur professionnel. Sur la  question du 3ème mandat, il a préféré refiler la patate chaude à Macky Sall, le désormais principal concerné, estimant que son patron ne souhaite plus que l’on s’épanche sur le sujet.

Il ne pouvait de toute façon plus continuer à être dans une sorte de « conflit d’intérêt » sur le sujet, en tant que rédacteur de la Constitution, surtout après son fameux « en principe » de nuance. Il a en tout cas épuisé la littérature sur le sujet. Etrange coïncidence, dimanche dernier. Encore lui ! Dans ce qui ressemble à une action synchronisée avec un autre Rufisquois Seydou Diouf, son « frère siamois de Rufisque » et lui, comme les a nommés « Le Témoin », ont proposé le couplage des locales et législatives. Ce qui augure d’un prolongement du mandat des députés et des maires déjà effectif dans le second cas. L’un d’eux a même demandé d’en finir avec la limitation des mandats. A tel point que l’on ne peut manquer de se demander quand est-ce que les politiciens finiront-ils de se jouer de nous ?

Une autre information qui ressemble bien à un autre ballon de sonde, c’est la réintégration de certains ministres limogés. Pas tous enfin, si l’on en croit un certain quotidien qui l’évoque sous la forme interrogative. Le sujet est repris par un autre journal, le jour d’après. Mais une affaire qui ressemble plus à une entourloupe qu’autre chose. Mais avec Macky, on ne sait jamais ! Qui aurait cru qu’il aurait viré tout ce beau monde pour les remplacer par Idy et Cie.

Idrissa Seck, en voilà un qui doit être bien amer après que le contenu de sa déclaration de patrimoine s’est retrouvé sur la place publique ! Et voilà que l’Ofnac sort de sa réserve pour pondre un communiqué dans lequel, il se défend de n’avoir point divulgué ces infos ! Qui l’a accusé au juste ? L’on apprend que Macky himself l’a rencontré en sapeur-pompier au palais. Qu’est-ce qui s’est passé au juste ? Y a-t-il mort d’homme ? Le contenu, donne-t-il des tournis en ces temps de sécheresse pandémique ? Une situation qui n’a pas dû beaucoup plaire à Idy, l’homme qu’on disait fauché comme du blé, au point de plonger poings et pieds liés dans le Macky. Des détails qui accréditent, si l’on en croit les canards que ce cher Idy serait riche comme Crésus. « Mbourook sow » (l’idylle Macky-Idy), est- il en train de virer au « soow-poivre » ou plus exactement aux coups bas politiques ? Une bonne question d’autant plus que nous avons affaire à deux hommes que tout séparait. Les alchimies politiciennes impossibles, ça peut parfois mener vers des sentiers bien sinueux. Idy n’a peut-être pas dit son dernier mot même si Macky reste le maître du jeu.

Une situation qui repose le côté incomplet de cette loi avec un patrimoine qui doit rester secret aussi bien au départ qu’à l’arrivée. Sous d’autres cieux, il est publié au vu et au su de tout le monde. Ici, elle serait à la seule discrétion de l’Ofnac. Etre un homme public au pays de Senghor, comporte tout de même beaucoup d’avantages grâce à l’argent du contribuable. Il ne serait pas inutile que les Sénégalais sachent tout de même ce que possède tout responsable public d’un certain niveau. Un sceau du secret qui doit en tout cas être levé. Moundiaye Cissé de l’ONG 3 D lui, demande tout simplement que la patronne de l’Ofnac démissionne.

C’est un vent de clémence qui semble souffler au palais de justice. Boubacar Sèye dont on a fini d’évoquer la maladie, a bénéficié d’une liberté provisoire après avoir été entendu au fond. Aminata Lô, elle aussi est rentrée chez elle mais écope tout de même de deux mois de sursis et de 20 000 F d’amende.

C’est le Sénégal qui doit rire bien jaune avec l’apparition de la fièvre jaune qui vient s’ajouter à la pandémie et à la grippe aviaire. Ce sont 8 cas de fièvre qui ont été détectés à travers le pays et 2 morts à Kédougou. De quoi être encore plus inquiet puisque la covid remplit la réanimation avec 60 cas graves. Au même moment, l’on apprend que l’initiative Covax a prévu 1,3 million de doses pour le Sénégal.

Avec Serigne Mbaye Dia, PCA de Senelec, le Sénégal a découvert un homme habité par le fétichisme des chiffres et les délires népotiques. Attribuer un recrutement de 1300 proches et amis à Makhtar Cissé et 300 à Papa Mademba Bitèye tous les ans, il fallait bien pouvoir sortir des chiffres imaginaires de sa besace. De honteuses contrevérités évidemment. A l’arrivée de Cissé en juin 2015, l’effectif était de 2519 et à son départ en avril 2019, 3152 en tenant compte des décès, retraites et licenciements. Ce qui veut dire, si on en croit ses délires que presque la moitié de l’effectif est composée de parents et proches de celui-ci ! La vérité, c’est que Makhtar Cissé a réhabilité 493 personnes, anciens prestataires de Senelec à Senelec ayant passé 5 à 6 années et dont la mission a été arrêtée par Pape Dieng. Un concours sous la supervision de la CNTS de Mody Guiro, avait permis de les réintégrer sur 3 ans ; 186 autres personnes par la suite, ont été retenus grâce à un second concours supervisé par tous les syndicats de la boite ; et 20 autres prestataires du Programme d’appui au secteur de l’électricité (Pase) ont été reversés au commercial. Une attitude tout aussi inélégante pour M. Bitèye dont il est le PCA. L’on peut se demander s’il ne serait envieux par hasard ? On espère juste que Serigne Mbaye Dia n’ait pas bénéficié de ces recrutements.

Indiscret, il l’est aussi celui-là ! Dans ses délires, il aura même évoqué une fameuse promesse de Macky Sall de le nommer DG de Senelec. Une élection perdue en a malheureusement décidé autrement, si l’on en croit ses propos. Les populations auraient voté pour lui, qu’il aurait été nommé DG de la Senelec et être en mesure d’embaucher 200 fils de Ngoumba Guéoul avec un salaire moyen de 500 000 F. Soit plus de 100 millions injectés indirectement à Ngoumba. De quoi disqualifier définitivement ce personnage indigne de son poste.