NETTALI.COM – Baba Ka dit Amadel, cité dans plusieurs braquages avec mort d’homme, est décédé ce lundi à la prison de Louga. Selon nos sources, le présumé meurtrier de l’Américain Mouhamed Cissé abattu à Médina Baye en janvier 2020, qui tentait de s’évader, a violemment chuté avant de cogner sa tête contre les carreaux.

Cerveau présumé de la redoutable bande auteure de plusieurs cambriolages, braquages et attaques à main armée, soldés par mort d’homme, Baba Ka alias Amadel, né le 20 janvier 1995 à Touba, n’est plus de ce bas monde. Le jeune caïd qui venait juste de fêter ses 26 ans en prison la semaine dernière, a été cité dans plusieurs meurtres, dont celui de l’Américain Mouhamed Cissé, abattu à Médina Baye à Kaolack (courant mois de janvier 2020).

Il est décédé hier lundi, dans la matinée dans les locaux de la prison de Louga où il était en détention préventive pour le crime d’assassinat. Des faits qu’il avait nié avec véhémence aussi bien à l’enquête préliminaire qu’à l’interrogatoire de première comparution devant le juge d’instruction en charge du dossier.

D’après nos sources, cette mort brutale, qui a pris de court tous les gardes pénitentiaires de la prison de la capitale du Ndiambour, est loin de révéler tous ses secrets. Même si, pour le moment, aucune explication officielle n’est encore fournie sur les causes exactes de cette mort «troublante», des confidences révèlent que les gardes pénitentiaires seraient hors de cause. Ils se seraient lavés à grande eau en déclarant en chœur que le jeune délinquant qui tentait de s’évader aurait malencontreusement chuté et se serait cogné la tête contre les carreaux.

Très mal-en-point, il a été interné à l’infirmerie de la Maison d’arrêt. Seulement, l’état de sa santé devenait de plus en plus inquiétant. Et, hier matin au réveil, le jeune Baba dit Amadel Ka ne tenait plus sur ses deux jambes. Perdant subitement la voix, sa respiration s’est à son tour arrêtée. C’est ainsi qu’il a été évacué au centre hospitalier régional Amadou Sakhir Mbaye, puis admis aux Urgences. C’était déjà trop tard, le présumé chef de gang est décédé avant l’intervention du personnel médical.

Sa mort sera annoncée la minute d’après par un médecin.  Informés, les éléments du Commissariat central de Louga se sont déplacés sur les lieux pour procéder au constat. Le corps sans vie a été alors déposé à la morgue.

Le Procureur a déclenché une enquête et a  promis toute la lumière pour déterminer les véritables causes de cette mort. D’ailleurs, il s’est rendu, hier lundi, à la Maison d’arrêt aux environs de midi.