NETTALI.COM- Si la Cour d’appel de Dakar  suit le parquet général dans son réquisitoire, l’ancienne  capitaine des lionnes du basket, Rokhaya Pouye dite Aya, va prendre sa revanche sur Aïda  Ndong. Alors qu’elle était condamnée en première instance pour abus de confiance, le maitre des poursuites  a demandé ce lundi, qu’elle soit relaxée.

Le différend opposant les anciennes lionnes du basket sénégalais est loin de connaitre son épilogue. La dissidence existante entre elles s’agrandit de jour en jour. Les deux camps se sont encore, ce lundi, retrouvés à la barre de la Cour d’appel de Dakar pour solder leurs comptes. Les cheftaines des deux groupes Aida Ndong et Rokhaya Pouye dite Aya  se déclarent chacune présidente de l’Association des internationales et anciennes basketteuses du Sénégal (AIABS). En effet, dans cette affaire, c’est Aya Pouye l’accusée. Elle est accusée d’abus de confiance portant sur 40 millions de francs CFA. Elle aurait détourné ce montant au moment où elle était à la tête de cette association. Et c’est sa rivale Aida Ndong qui avait déposé la plainte contre elle. Aya Pouye a, d’ailleurs, été déclarée coupable d’abus de confiance et condamnée en première instance à 3 mois avec sursis et à payer 10 millions de francs CFA.

Insatisfaite de la sentence qui lui a été infligée, elle avait interjeté appel. Devant le prétoire, elle a campé sur sa position en battant en brèche toutes les accusations qui lui sont imputées. Elle a déclaré n’avoir pas détourné un centime appartenant à l’association. Selon elle, durant son magistère, elle n’avait reçu, en guise de subvention et de dons, que 20 millions de francs CFA au total. Un montant qui, rassure-t-elle, a été dépensé dans les règles de l’art.

Ses avocats ont plaidé l’infirmation de la peine du juge de la première instance et le renvoi des fins de la poursuite sans peine ni dépens. Car, pour les robes noires, il n’y a aucun élément dans le dossier attestant qu’il y a eu des décaissements irréguliers commis par leur cliente. L’avocat général a, dans ses réquisitions, abondé dans le même sens que les avocats de la défense.

Pour le maître des poursuites, l’accusée a certes commis une faute car ayant reconnu qu’elle est dans l’informel et qu’elle ne repellait pas le respect dispositions des statutaires. Mais, a fait remarquer l’avocat général, ces manquements ne suffisent pas pour dire qu’elle a commis un abus de confiance. De l’avis du parquet, dans cette affaire, contrairement à l’accusation, il n’y a eu un quelconque détournement ou dissipation de fonds. Sur ce, il a demandé à ce qu’Aya Pouye soit  relaxée purement et simplement.

Pour leur part, les avocats de la partie civile ont plaidé la confirmation de la première peine et la restitution du récépissé. Pour eux, l’accusée s’agrippe à cette association parce qu’elle ne veut pas faire une reddition des comptes. En sus, elle a violé toutes les règles relatives aux entrées et aux sorties d’argent.

L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 8 février prochain.