NETTALI.COM – Un bébé âgé de 10 mois est décédé à la crèche “Cigogne bleue” sise à Sacré Cœur 3 à côté de la Boulangerie Jaune, à Dakar. Le certificat de genre de mort établit que S.B. Dia est mort suite à une asphyxie secondaire causée par une fausse route alimentaire. Un décès qui sème le flou dans la tête des parents.

C’est le père de l’enfant qui a raconte le drame sur sa page Facebook.
C’est avec le cœur meurtri que nous écrivons (mon épouse inconsolable et moi) ce texte pour alerter les autorités d’une part et les parents d’autre part sur un fait qui nous concerne tous “, a écrit Magor Dia.

Ce lundi 30 novembre 2020 vers 13 h 30, la directrice ce de la crèche ‘la Cigogne Bleue’ nous a appelé pour nous (demander) de la rejoindre au Samu Municipal. Lorsque nous sommes arrivés 10 minutes après sur les lieux, le médecin nous annonce tout simplement le décès de notre petit garçon de 10 mois. Un décès qui serait survenu avant son arrivée à l’hôpital. Il est impératif de noter que notre fils n’avait aucun antécédent médical, il était plein de vie, joyeux et très dynamique. En l’amenant à la garderie cette fameuse mâtinée, rien ne nous indiquait qu’il allait vers sa mort. Nous étions tout simplement et contre toute attente mis devant le fait accompli. Qu’est-ce qui s’est réellement passé ? “, ajoute-t-il.

Après le décès de leur bébé, les parents ont porté plainte contre la responsable de la crèche “La Cigogne bleue” sise à Sacré-Cœur3 pour “négligence“.

En effet, les parents du défunt bébé considèrent qu’il y a beaucoup de zones d’ombre dans les explications qui leur ont été fournies.

D’après le certificat de genre de mort délivré par le Dr Abdou Magib Gaye de l’hôpital Aristide Le Dantec, le bébé serait mort “à la suite d’une asphyxie secondaire” et qu’il y a “absence de signe traumatique et de trace de violence“?
En clair, c’est au moment où on lui donnait à manger que l’enfant s’est étouffé et les aliments seraient passés par les voies respiratoires. Et d’après le récit du père, M. Magor Dia, la baby-sitter a raconté qu’après avoir donné à manger à l’enfant, elle l’a posé au sol, et tout à coup, il aurait commencé à vomir. Ensuite, elle l’a porté pensant qu’il dormait, et à un moment donné, elle a constaté que le corps était inerte. Et le gardien de la crèche aurait également dit que c’est lui qui a fait les premiers secours, qui a fait la ventilation et que l’enfant ne répondait pas, et l’agent aurait pensé que l’enfant aurait fait un arrêt cardiaque.

Je sens une certaine légèreté dans le traitement de cette affaire et c’est dangereux. Si c’était dans d’autres pays, on allait fermer la crèche le temps de faire l’enquête et de situer les responsabilités, parce qu’il y a des enfants qui sont là-bas“, a déploré le père de famille sur les ondes de la Rfm.

Magor Dia, le père de l’enfant se pose beaucoup de questions sur la manière dont l’affaire est traitée.

Le médecin qui gérait l’autopsie m’a dit que la Directrice de la Crèche était passée et qu’elle a payé les frais de dossier que moi je devais payer. Car je lui avais dit que je passais le lendemain pour ce faire. Elle a payé les frais de dossier et le médecin lui a délivré un papier qu’elle doit photocopier“, poursuit M. Dia.

L’enquête est  en cours, je fais confiance à la police sénégalaise, elle fait le travail. Mais je me pose des questions : Pourquoi la police n’est pas allée à la crèche? Pourquoi elle n’est pas allée voir dans quelles conditions y sont les enfants et dans quelles conditions notre bébé est décédé?”, s’interroge-t-il.