NETTALI.COM – La gestion des marchés publics au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri) a connu beaucoup d’irrégularités en 2018. C’est ce que relève l’Armp, dans un rapport rendu public hier, mercredi.

Les vérificateurs de l’ARMP ont relevé que le Mesri n’a pas procédé à la publication des avis d’attribution provisoire et définitive sur le portail des marchés publics, en violation des dispositions de l’article 86 alinéa 4 du décret portant CMP.

Le ministère n’a pas publié, non plus, sur le portail, des résultats des marchés passés par demande de renseignements et de prix restreinte, en violation de la réglementation.

En outre, note le rapport, “aucun document pouvant attester de la capacité juridique des différents soumissionnaires n’a été demandé aux candidats, en violation des dispositions des articles 3 et 5 de l’arrêté n°00107 du 7 janvier 2014 relatif aux DRP à compétition restreinte’’.

Le passage des vérificateurs à l’université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ),pour la gestion2018, a permis d’observer de nombreuses anomalies. Pour une université qui a connu une année blanche 2019-2020, l’examen de certains appels d’offres a constaté que pour un marché de service de gardiennage des locaux de l’UASZ attribué à Sen Interim pour un montant de 95 406 407 F CFA, les responsables des passations n’ont pu fournir l’avis d’appel d’offres, les offres des soumissionnaires de même que des preuves de règlement. La situation se répète avec un marché de service de nettoiement des locaux attribué à la même entreprise, pour un montant de 72 664 795 F CFA. Et aucun des papiers déjà énumérés n’a pu être présenté aux agents chargés de la vérification de la conformité.

Il est à noter qu’en même temps, les rapports annuel et trimestriel n’ont pas été produits. Au ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants (MFFGPE), au cours de l’exercice 2019, un marché d’acquisition de kits cuisine traditionnelle a été passé sans qu’un contrat liant les partis ait été mis à la disposition des vérificateurs.

De même, un véhicule station wagon a été acquis à 37 900 000 F CFA, alors que l’ARMP n’a pas trouvé de contrat signé entre les parties prenantes, “étant donné que la procédure d’acquisition de véhicule a été suspendue pour faute d’autorisation de la Commission de contrôle véhicules administratifs (CCVA). Alors que trois courriers adressés à la primature étaient restés sans suite, la procédure n’aurait pas dû être lancée, conclut le rapport.