NETTALI. COM- La veuve de Cheikh Béthio Thioune, en l’occurrence Aida Diallo, a saisi l’actuel ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome pour dénoncer les actes pris par le préfet de Mbour à son encontre liés à l’interdiction de Magal.

Depuis sa volonté d’organiser le Magal dans son domicile, le préfet de Mbour a pris un certain nombre de mesures contre Aïda Diallo Diallo, la veuve de Cheikh Béthio Thioune. Ces actes sont relatifs à l’interdiction de toute forme de « de sonorisation, tam tam ou musique » dans la concession de la dame à Médinatoul Salam, à l’occasion du Magal qu’elle voulait organiser le 6 octobre 2020. Un tel acte, estiment les avocats de Aida Diallo, au-delà de son illégalité, est en lui-même porteur de multiples vices rédhibitoires qui affectent sérieusement sa validité par une atteinte grave aux règles qui gouvernent la matière administrative.

« L’autorité administrative s’est, en effet, mépris sur le sens et la portée de ses pouvoirs, en prescrivant des mesures attentatoires à l’intimité de la vie privée, à la règle de la non-discrimination, l’inviolabilité du domicile, la liberté de culte, ainsi que l’égalité de tous devant la loi, entre autres principes à valeur constitutionnelle », lit-on dans la correspondance rédigée par Mes Bamba Cissé et Cheikh Khoureyssi Bâ.

Les deux avocats précisent que cette mesure d’interdiction et/ou de restriction n’a frappé que la personne de Madame Aida Diallo, au moment où tous les autres Sénégalais d’obédience mouride célébraient tranquillement leur culte à l’occasion du Grand Magal de Touba. D’où, dénonce-t-on « son caractère aberrant qui fait d’ailleurs qu’elle ne peut être rattachée à l’exercice d’aucune fonction administrative au point de constituer un acte détachable qui oscille entre l’abus d’autorité et la voie de fait ».

A cet effet, Aida Diallo sollicite le retrait ou l’annulation pure et simple de cet acte administratif.